October 5, 1999

Paul Cézanne et l'Art Moderne - Fondation Beyeler


Aucun artiste de la fin du 19e siècle n’a exercé une influence aussi marquée sur la peinture moderne que Paul Cézanne (1839-1906). La Fondation Beyeler a suivi ce thème passionnant d’une façon originale. Insérés dans une sélection de 37 peintures et 15 aquarelles de Cézanne, des oeuvres d’autres artistes de la Collection Beyeler, tels que Picasso, Braque, Mondrian, Matisse, Giacometti, Rothko et Kelly sont directement confrontés aux œuvres du ”père de l’art moderne”. 

Cette exposition se place bien au sein des nombreuses expositions passées et futures consacrées à Cézanne, qui visent un nouveau sommet avec celles de Vienne et de Zurich placées sous la devise ”Vollendet - Unvollendet”. Le motif de cette exposition a été, en plus des cinq œuvres de Cézanne que détient la Fondation, un groupe de peintures externes, promises depuis longtemps. Une concentration thématique sur l’influence de Cézanne était aisée à concevoir, puisque, avec le portrait de la femme de Cézanne et la Femme en vert (Dora) de Picasso - Picasso doit avoir vu le tableau de Cézanne chez le marchand d’art Vollard - une grande analogie se trouvait déjà au sein de la Collection Beyeler. Il en résultait une intégration de l’exposition dans les locaux de la Collection, ce qui s’offrait de toute façon dans le courant des travaux d’agrandissement du musée. L’intégration de cette démonstration dans les tableaux de la Collection permet aussi de placer celle-ci sous un éclairage nouveau depuis l’ouverture du musée en automne 1997. 

On a pu développer une quinzaine de juxtapositions d’oeuvres de Cézanne avec celles de ces autres artistes de la Collection Beyeler - des confrontations qui n’ont pas besoin d’être justifiées par des relations théoriques, mais qui persuadent par la simple observation. L’arc s’étend des cubistes Braque et Picasso, qui appartiennent aux premiers admirateurs de l’esthétique de Cézanne et, passant par Klee, Léger, Mondrian et Giacometti, conduit vers les comparaisons surprenantes du Paysage bleu de Cézanne avec la composition tardive de Mark Rothko ou du Portrait du Gustave Geffroy de Cézanne avec le relief mural constructiviste d’Ellsworth Kelly. 

Les oeuvres de Cézanne, qui sont parvenues à Riehen grâce à des prêts généreux de collections privées et de grands musées, peuvent aussi être comprises comme exposition Cézanne originale, qui regroupe toute l’œuvre de 1866 à sa mort en 1906, avec tous les genres, qui vont des personnages au paysage, en passant par la nature morte et le portrait. Son œuvre de jeunesse constitue une introduction et témoigne de sa réflexion sur les œuvres d’artistes antérieurs, qu’il a pu abondamment observer au Louvre. Mais il a pu bénéficier de précieuses perspectives de la part de Camille Pissarro, qui lui enseigna l’”impressionisme”. Cependant, le Cézanne que nous connaissons commence en 1875, époque depuis laquelle la fonction d’une œuvre artistique n’est pas seulement de fournir une réplique de la réalité, mais de produire une réalité indépendante. L’ordre idéal de la nature est remplacé par l’ordre des éléments figuratifs. D’autres innovations qui sont indissolublement liées à son nom, sont par exemple la planéité de l’image ou la thématisation de la vision elle-même. Ce sont ces innovations qui ont valu au persévérant artiste provençal la haute considération de ses collègues. Ainsi Henri Matisse l’appelait-il ”le Bon Dieu de la peinture”. Ce sont aussi ses collègues qui achetèrent ses premières oeuvres et même son maître Pissarro en possédait une quinzaine. 

Dès 1900, c’est-à-dire après plus de trente ans de travail acharné, les innovations de Cézanne furent reprises par des artistes plus jeunes. Les fondements érigés par son œuvres pouvaient être utilisés très différemment, que ce soit par des transformations originales, soit par des développements, soit par suite de malentendus. Ce sont justement ces aspects que l’exposition étudie de façon exemplaire. 

Un programme varié de manifestations accompagne cette exposition et analyse les différents thèmes. En outre, des films sont continuellement diffusés sur la vie et l’oeuvre de Cézanne.

Fondation Beyerler - Exposition spéciale : Cézanne et l’Art Moderne
Avec des œuvres de Cézanne, Picasso, Braque, Léger, Klee, Matisse, Mondrian, Giacometti, Rothko, de Kooning et Kelly
10 octobre 1999 - 9 janvier 2000 

Heures d’ouverture: du lundi à dimanche, de 10 à 18 heures, chaque mercredi jusqu’à 20 heures.
Fermé les 24 et 25 décembre 1999

October 3, 1999

Sol LeWitt: Concrete Block, P.S.1 Contemporary Art Center, Long Island City, NY

Sol LeWitt: Concrete Block
P.S.1 Contemporary Art Center, Long Island City, NY
October 10, 1999 - January 2, 2000

P.S.1 Contemporary Art Center presents "Concrete Block," works by the American artist Sol LeWitt (b.1928), one of the main representatives of Minimalism and subsequently Conceptual art. Organized by P.S.1 director Alanna Heiss and P.S.1 senior curator Carolyn Christov-Bakargiev, this exhibition maps Sol LeWitt's art-making process, from preliminary drawings, followed by precisely crafted wooden models, to completed outdoor cinder block sculptures, with one work rising more than 21 feet high.

Throughout his artistic career, Sol LeWitt’s work has explored ways in which shapes and numbers can be arranged through repetition, variation, and permutation. His art is often comprised of simple grid-like geometric forms and open modular structures designed in infinite combinations. Sol LeWitt began to design models for outdoor public sculptures in the early 1980s. In 1985, the first cement "Cube" was built in a park in Basel. Since then, interpretations of these concrete block structures have been created in various locations around the world. Sol LeWitt: Concrete Block focuses on this particular body of work with completed structures designed specifically for P.S.1’s outdoor courtyard and exhibited alongside preliminary drawings and models in the museum’s second floor gallery.

P.S.1’s outdoor galleries will feature two new outdoor "monuments." These sculptures by Sol LeWitt, both entitled "Concrete Block," are made of 8" x 8" x 16" cinder blocks, a common, inexpensive building material. The larger structure, an irregular aggregation of towers made up of 563 cinder blocks, points to the shared grounds as well as the differences that exist between sculpture and architecture. A second structure, also made of cinder blocks, will be exhibited in the small outdoor gallery neighboring its larger counterpart. 

The second floor gallery is devoted to 17 wooden models surrounded by 60 drawings on the adjoining walls. The varying geometric configurations of these models highlight Sol LeWitt’s interest in excluding a rational system of order to determine the heights of his outdoor structures, and his preference to create a system that is balanced between the logical and illogical. Keeping with the basic principles of Conceptual art, this unraveling of the different stages of art-making shifts the viewer's attention from the sole contemplation of the finished work to a more complex understanding of the thought process that lies behind it.

In an attempt to both explore the history of LeWitt's public projects and to record his long-lasting relationship with P.S.1, the artist will recreate "Crayola Square," a Crayola crayon wall drawing originally created in 1971 at the Brooklyn Bridge Event. The event was organized by P.S.1 founder and current director Alanna Heiss, and was the inaugural exhibition for the organization, The Institute for Art and Urban Resources, known today as P.S.1 Contemporary Art Center. "Crayola Square" is on view in the basement of P.S.1.

A major retrospective of Sol LeWitt’s work will open on February 18, 2000 at San Francisco Museum of Modern Art and travel to New York in November, 2000, at the Whitney Museum of American Art. Elsewhere in New York, Sol Lewitt is currently showing drawings at Paula Cooper Gallery, and his wall-drawings have been included in the Museum of Modern Art’s "MoMA2000" exhibition (opening October 7) and in the second half of the Whitney’s "American Century" exhibition (open September 26).

P.S.1 Contemporary Art Center
www.ps1.org