Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


July 8, 2016

La Littorale, Biennale d'Anglet 2016


La Littorale #6 - Biennale internationale d'Art contemporain - Anglet-Côte Basque
26 août - 2 novembre 2016

Pour sa sixième édition, la Biennale d’art contemporain d’Anglet devient La Littorale, avec un parcours artistique confié à l’écrivain et historien d’art Paul Ardenne.

Créée en 2005, la Biennale d’art contemporain d’Anglet est désormais un rendez-vous artistique plébiscité par le public, les artistes et les institutions culturelles.

En 2016, la Biennale d’art contemporain d’Anglet entend pérenniser les points forts de son identité avec la proposition d’un regard sur la diversité de la création contemporaine et des oeuvres inédites et pour certaines éphémères, en rapport avec le site.

Du 26 août au 2 novembre 2016, elle propose un parcours constitué d’oeuvres monumentales réalisées par des artistes de plusieurs nationalités et installées dans des espaces emblématiques : La Barre, le parc écologique Izadia, le front de mer et ses espaces verts ainsi que La Chambre d’Amour.

Pour Paul Ardenne, La Littorale s’interroge sur les tensions dont les rivages maritimes font aujourd’hui l’objet, de manière concrète comme métaphorique. Elle est envisagée comme un « théâtre de contradictions ».

L’exposition met en scène des oeuvres tridimensionnelles renvoyant tant à la société heureuse que suggère l’univers balnéaire qu’à l’actualité, malheureuse celle-là, que sous-tend aujourd’hui la notion du littoral, envisagé comme frontière physique mais plus encore politique. Le site d’Anglet, de manière forte, inspire également l’idée d’un Eden écologique, dans une nature grandiose.

La Littorale est une biennale de plein air. En sont parties intégrantes le rivage, le littoral et sa promenade, le golfe de Gascogne ouvrant sur l’Océan Atlantique, le ciel.

Ces différents éléments catégorisent la biennale d’Anglet comme une biennale obligatoirement ouverte, offrant de larges espaces à l’expression artistique. L’exposition est autant une offre plastique qu’une proposition scénique captivant l’esprit du spectateur et le sollicitant fortement. Pas de juxtaposition, une conversation plutôt.

Entre beauté et politique, entre enracinement et rêverie du départ, le littoral, son estran, son hinterland offrent une matière riche à des jeux de forme et de réflexion à même de justifier l’intrication de l’art dans le paysage. « S’émerveiller n’est pas interdit, mais s’émerveiller avec intelligence est préférable » conclut Paul Ardenne.

LES ARTISTES INVITÉS : UNE SÉLECTION INTERNATIONALE

Art nOmad (France) | Conrad Bakker (États-Unis) | Benedetto Bufalino (France) | Shaun Gladwell (Australie) | Joanna Malinovska - CT Jasper (Pologne/États-Unis) | Andrea Mastrovito (Italie) | Robert Montgomery (Grande-Bretagne) | Rachel Labastie (France) | Fabrice Langlade (France) | Lucy & Jorge Orta (Argentine/Grande-Bretagne/France) | Laurent Perbos (France) | Kemal Tufan (Turquie)

Art nOmad (France) propose, dans le cadre d'une résidence, des expériences participatives dans deux lieux emblématiques du littoral, et ce, pendant toute la durée de la biennale. Première offre, ancrée dans la réalité de cet espace longtemps gouverné par la pêche hauturière, des sérigraphies inspirées de la statuaire des cimetières reportées sur des couvertures de survie puis collées sur la rocaille locale, écho aux naufragés basques de l'Atlantique. Seconde offre, cette fois dans la Chambre d’Amour : l'organisation d'ateliers d’écriture participatifs sur les thèmes éternels du Serment d’amour et de l’attachement.

Conrad Bakker (États-Unis) appartient de manière tacite et malicieuse à notre époque, souvent décrétée comme celle de l’objet proliférant, période consumériste et productiviste en diable dans laquelle la société industrielle baigne l’homme occidental mais aussi, aujourd'hui, l'homme global. Conrad Bakker présente dans le parc Izadia l'installation Façade, une cabane matérialisée à partir de contreplaqué de bois inspirée de celle construite de ses mains, à Walden, par Henry David Thoreau, l'auteur de la Vie dans les bois, le premier livre "vert" de l'histoire.

Benedetto Bufalino (France) détourne les objets du quotidien pour en faire des oeuvres ludiques. L’espace public est son terrain privilégié d'aventures artistiques. Pour La Littorale #6, cet artiste lyonnais jamais ennemi du gag visuel installe un terrain de rugby en trois dimensions où le public est invité à prendre place, à l'instar de figurines de babyfoot. L'art comme formule de jeu, de bonne humeur, de détente, dans un cadre propice.

Le monde de Fabrice Langlade (France), sculpteur actif depuis les années 1990, est celui des énigmes visuelles et des formes improbables, échappant bien souvent à toute classification - des "WANI", contraction orale de "O.A.N.I.", pour "Objet Artistique Non Identifié". Pour La Littorale #6, cet artiste français connu pour ses projets fous (implanter un pont de porcelaine au milieu de la steppe mongole, sur l'axe de la Route de la Soie…) propose une succession de sculptures totems, signaux géodésiques en relation avec l'histoire locale, la surveillance maritime notamment, disséminés sur l'ensemble du site d'exposition.

Artiste australien internationalement reconnu, Shaun Gladwell a représenté son pays à la Biennale de Venise en 2009. À Anglet, il présente plusieurs de ses oeuvres vidéo, nombreuses, en relation avec l'eau. La mise en scène de l'élément aquatique par Shaun Gladwell, portée au mystère, à la force élémentaire, semble une réactualisation du romantisme. Beauté, force, sidération.

Originaire de la région basque, Rachel Labastie (France) pose un regard critique sur les traditions ancestrales régionales et questionne la lutte incessante de l’homme avec cette particulière matière qu'est la nature. Son oeuvre Enlisement, une embarcation de terre ensevelie sous la vase, fait écho aux contradictions du territoire. Le travail de la terre ou la lutte avec l’océan. Et toujours ce rêve, cette nécessité intérieure du retour à la terre natale.

Le duo Joanna Malinovska - CT Jasper (Pologne/États-Unis) ont choisi la Biennale d’Anglet pour présenter une dernière fois leur fort insolite installation Mother Earth, Sister Moon - une cosmonaute géante en combinaison surgie de l'ère de la conquête spatiale soviétiques, malencontreusement tombée depuis le ciel sur le littoral basque. Cette sculpture aux proportions colossales, contre toute attente, abrite un espace d’exposition inhabituel. En 2013, pour la Biennale de Venise, les artistes y ont organisé un défilé de mode.

Les oeuvres éphémères d’Andrea Mastrovito (Italie) proposent une réflexion sur les flux migratoires et la condition humaine. Les sculptures de sable de cet artiste originaire de Bergame, en forme d’hommes et de femmes et aux postures inspirées de celles des naufragés et autres migrants venant s'échouer sur les côtes d'Europe ou de Californie, seront disposées sur les plages d’Anglet de manière à être peu à peu consumées par les vagues, avec une implacable force de suggestion.

Robert Montgomery (Grande-Bretagne) est un poète-sculpteur. Paul Ardenne a souhaité qu’il intervienne dans le cadre de La Littorale #6 pour y présenter ses poèmes-lumière, des installations auto-luminescentes servant de support à des textes poétiques d'une puissante intensité. L'artiste aborde, à travers ses mots, des thèmes universels tels que l’énergie, l’amour et la bonté humaine avec un langage rare, et des effets visuels spectaculaires.

L'oeuvre collaborative de Lucy & Jorge Orta (Argentine/Grande-Bretagne/France) explore les sujets sociaux et écologiques au travers d'oeuvres très originales recourant aux supports les plus divers. La signature de ces deux artistes, l'une anglaise, l'autre argentin, basés dans la Brie, près de Paris, et mondialement reconnus : le design d'urgence, recyclé à travers l'intervention, la mode ou encore la vaisselle ou la machinerie de traitement de l'eau, diversement. À Anglet, Les Orta présentent un véhicule de secours bien dans l'esprit du temps, un bus servant de logement pour sans-papiers. Cette proposition se double d'une incitation faite aux visiteurs de la biennale d'adhérer à leur nation utopique Antarctica, en échange d'un passeport et de l'engagement à respecter l'environnement au quotidien.

C’est en utilisant l’humour, teinté d’une pointe de cynisme, que Laurent Perbos (France) détourne les objets de notre quotidien pour les inscrire dans une réflexion sur la sculpture contemporaine. Ses préoccupations plastiques se focalisent sur des objets usuels qu’il utilise comme matériaux. Pour La Littorale #6, il présente « Babylone », des faux palmiers réalisés à base de tuyaux, roches et plantes en plastique.

Le « U-BOAT » de Kemal Tufan (Turquie) est une allégorie du pouvoir : l'engin de terreur qui prend place dans le territoire pour l'occuper, le surveiller et punir le cas échéant. Cette installation métallique, à l’image d’un bateau échoué sur la plage, sera cependant recouverte de vêtements colorés, donnés par le public tout au long de la Biennale, en une lisible métaphore du contrôle et du pouvoir démocratiques.

No comments:

Post a Comment

Merci pour vos commentaires :) Thanks for your comment ;)