Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


September 13, 2015

René Groebli, Early Works, Galerie Woerdehoff, Paris

René Groebli, Early Works 
Galerie Esther Woerdehoff, Paris 
15 septembre - 23 octobre 2015

René Groebli, Sans titre, 1954, Série Das Auge der Liebe
Tirage argentique, 13 x 18 cm à 50 x 60 cm, vintage ou édition de 7
© René Groebli, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff, Paris

La Galerie Esther Woerdehoff présente deux séries emblématiques des premiers travaux du photographe suisse René Groebli, né en 1927 : Magie der Schiene et Das Auge der Liebe. Voici la présentation de cette exposition rédigée par Florence Pillet.

René Groebli, Sans titre, 1949, Série Magie der Schiene
Tirage argentique, 13 x 18 cm à 50 x 60 cm, vintage ou édition de 7
© René Groebli, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff, Paris

Magie der Schiene (la magie du rail) est son premier livre, publié à compte d’auteur en 1949. René Groebli est alors âgé de 22 ans, il commence sa carrière de photographe, voyage régulièrement hors de Suisse et prend le prétexte d’un trajet à bord de l’express Paris-Bâle pour réaliser ce travail personnel. Dans un style extrêmement audacieux, où l’on perçoit l’influence de la nouvelle objectivité et du Bauhaus et de l’école de Design de Zurich, Groebli crée une série profondément personnelle. Traversant la banlieue parisienne et la campagne française de l’après-guerre, René Groebli passe de la cabine du conducteur à l’intimité d’un wagon, fixe l’entrée des tunnels ou le tracés des lignes électriques dans le mouvement, photographie le travail des cheminots et les locomotives lancées à toute vapeur. Par le jeu du grain, du flou et du contraste, et une exploration méthodique de son sujet, René Groebli parvient à restituer la vitesse et le bruit du train, la dureté du métal et l’odeur du charbon, livrant une oeuvre expérimentale et radicale autour d’un sujet unique. 

René GroebliSans titre, 1949, Série Magie der Schiene
Tirage argentique, 13 x 18 cm à 50 x 60 cm, vintage ou édition de 7
© René Groebli, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff, Paris

De cette recherche esthétique formelle et rigoureuse nait un livre rare, sélection de 14 photographies accompagnée d’un poème d’Albert Ehrismann, un exercice de style exceptionnel pour l’époque qui fait immédiatement entrer son auteur dans la cour des grands. Edité en allemand et en anglais à 1000 exemplaires, encore récemment célébré par Martin Parr dans son Photobook et toujours recherché par les collectionneurs, Magie der Schiene a marqué l’histoire de la photographie.


René GroebliSans titre, 1954, Série Das Auge der Liebe
Tirage argentique, 13 x 18 cm à 50 x 60 cm, vintage ou édition de 7
© René Groebli, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff, Paris

Dans une approche radicalement différente, qui illustre la liberté de style que le photographe exercera tout au long de sa carrière, Das Auge der Liebe (L’Oeil de l’amour) retrace le voyage de noces de René Groebli et de sa femme, Rita, au début des années 50. Le couple s’étaient marié en 1951, mais le manque d’argent et de temps avait retardé leur voyage de noces. Trois ans plus tard, ils partent enfin célébrer leur amour à Paris et séjournent à Montparnasse dans un hôtel modeste. Le photographe prendra plus de 300 clichés, au Rolleiflex et au Leica. Le livre, publié en 1954, n’en retient que 25, sélection précise effectuée par René et Rita. Dans un noir et blanc doux et délicat, le photographe réinvente le nu et dévoile les jambes, les seins, le corps de son épouse mais aussi son visage, ses mains et le décor de l’histoire. Dans cette chambre d’hôtel modeste de la France de l’après-guerre : rideaux en dentelle à angelots, lits de fer et papiers peints à fleurs, où s’épanouissent pourtant leurs amours débutantes. Cette vision sensuelle de l’amour conjugal sera qualifiée à l’époque de pornographie par le journal local zurichois. Pour nous, c’est un poème érotique et sensible : le photographe nous fait entrer dans la chambre à coucher et cette intimité offerte à l’objectif est le plus beau témoignage de son amour.

Cette exposition présentera une sélection exceptionnelle de tirages vintage ainsi qu’une édition récente des photographies de ces deux séries, mises à l’honneur par la publication du livre René Groebli, Early Works (1945-1955) par les éditions Sturm & Drang.
Florence Pillet

Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière - 75015 Paris - France
mar. - sam. 14h - 18h
www.ewgalerie.com

No comments:

Post a Comment

Merci pour vos commentaires :) Thanks for your comment ;)