Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


June 30, 2014

Lee Krasner & Norman Lewis exhibition at The Jewish Museum, NYC

From the Margins: Lee Krasner | Norman Lewis, 1945–1952 
The Jewish Museum, New York 
September 12, 2014 - February 1, 2015 

Lee Krasner (1908-1984) and Norman Lewis (1909-1979) were major contributors to Abstract Expressionism but as a woman and as an African American, respectively, they were often overlooked by the leading critics of their time. From September 12, 2014 through February 1, 2015, the Jewish Museum will present From the Margins: Lee Krasner l Norman Lewis, 1945-1952, a survey of key 1940s and 1950s works by these two powerful painters. This was a transformative period in American painting when both artists were experimenting with approaches that joined abstraction and cultural specificity. 

Their works have intriguing formal similarities while reflecting each artist’s personal sources. Krasner’s Little Image pictures relate to her childhood upbringing and study of Hebrew. Lewis’s Little People paintings reference African American cultural heritage, urban life, jazz, and textiles.

Lee Krasner and Norman Lewis were important to the development of the Abstract Expressionist artistic and social scene in New York but remained tangential to mainstream criticism during the formative period of the 1940s and early 1950s. Both artists' work of this formative period embodied the allover approach characteristic of the style. Yet, rather than the bold, gestural strokes of their peers they focused on smaller, repeated images with self-reflective cultural references. Their paintings—brimming with gesture, image, and incident—remained modest in scale compared with the canvases of many of their contemporaries. 

Lee Krasner, better known at the time as the wife of Jackson Pollock, created innovative systems and iconographies within the overall painting style of Abstract Expressionism. In her Little Image paintings, Krasner worked with small repeated pictographs that she systematically painted onto the canvas from right to left, as she was taught to write Hebrew. The shapes are not recognizable images, yet evoke letters, signs, or symbols. Meticulously crafted and intimately scaled, the Little Image works reflect her deft control of unorthodox painting methods such as applying pigments with sticks and palette knives or straight from the tube. Her art celebrates painting as a primal means of communication through an analogy with picture-based writing systems.

Norman Lewis produced unique linear abstractions that shared much conceptually and aesthetically with the work of celebrated Abstract Expressionist painters, such as Ad Reinhardt and Mark Tobey, while expressing his own identity and sources from African American culture. His Little People paintings, with their highly abstracted formal structures, make reference to the urban experience, musical structures, jazz, and African textiles. 

The paintings of Lee Krasner and Norman Lewis selected for this exhibition suggest several parallels. Developed within a key period in American art and culture, their works offer scope for reflection on interrelated themes: art and modernity; issues of artistic expression and identity, whether of class, gender, ethnicity or race; and the relations of the mainstream and the excluded. 

From the Margins: Lee Krasner l Norman Lewis, 1945-1952 is organized by Norman L. Kleeblatt, Susan and Elihu Rose Chief Curator at the Jewish Museum, and Stephen Brown, Assistant Curator. 

LEE KRASNER was one of the most radical of the first generation of Abstract Expressionist painters. Through six decades, she continually explored innovative approaches to painting and collage. Born in Brooklyn, New York, to an Orthodox Jewish family from Russia, Krasner pursued formal art training at several New York City institutions and also studied with the influential German abstract painter Hans Hofmann. She was a muralist in the Federal Arts Project and a member of the Artists Union and American Abstract Artists. Krasner married painter Jackson Pollock in 1945. Though overshadowed by Pollock, Krasner was an experienced artist well before she met him. Active in the New York art scene of the 1930s and 1940s, she introduced Pollock to the artist Willem de Kooning and critic Clement Greenberg, among others. During her time with Pollock at their home in Springs, Long Island, Krasner developed her Little Image paintings. These works are today considered among her most significant contributions to Abstract Expressionism. 

NORMAN LEWIS was the second of three sons of immigrant parents from Bermuda. His family lived on Lenox Avenue, near 132nd Street, in Harlem. Lewis studied drawing and commercial design in high school before joining the merchant marine and sailing through the Caribbean and off the coast of South America. Back in New York in the early 1930s, Lewis met Augusta Savage, the founder and director of an important art school, the Savage Studio of Arts and Crafts. From 1933 to 1935, he participated in Savage’s studio and attended Columbia University. Lewis was active in the Federal Arts Project, and was a member of the artists’ group 306, which met in the studios of Charles Alston, Henry Bannarn, and Ad Bates at 306 West 141st Street. The group formed a nucleus for creative life in Harlem and included Romare Bearden, Jacob Lawrence, Augusta Savage, and Richard Wright. The relationship between the artist and society was a frequent theme of discussion, yet from a style grounded in social realism, Lewis moved, during the early 1940s, toward abstraction. Around 1946 he began exploring an overall gestural approach to abstraction, establishing himself as the only African American among the first generation of Abstract Expressionist artists. Inspired by sources in music, nature, Asian and African art, and modern painters from Wassily Kandinsky to Mark Tobey, Lewis experimented with a wide variety of approaches to abstraction. His paintings from this time are devoid of realistic imagery while often referring to African American settings and culture. Beneath the formal elegance of Lewis’s paintings runs a characteristically subtle inflection of his lifelong social conscience and humanitarian concerns.

Exhibition Catalogue
In conjunction with the exhibition, the Jewish Museum is publishing a 96-page catalogue by Norman L. Kleeblatt and Stephen Brown, distributed by Yale University Press; with essays by Lisa Saltzman and Mia L. Bagneris. An introductory essay surveys the trajectories of Krasner and Lewis within an artistic community dominated by white men. This book offers a fresh view of the contributions of two highly significant abstract artists. Featuring 64 color illustrations, the book will be available worldwide and at the Jewish Museum’s Cooper Shop for $30.00.

From the Margins: Lee Krasner | Norman Lewis, 1945-1952 is made possible in part by The Peter Jay Sharp Exhibition Fund and The Pollock-Krasner Foundation. Endowment support is provided by The Skirball Fund for American Jewish Life Exhibitions. 

The Jewish Museum, New York 

MONUMENTA 2016 : Huang Yong Ping

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, confie à Huang Yong Ping l'édition 2016 de MONUMENTA au Grand Palais 

Pour la première fois, l'artiste invité à MONUMENTA 2016 est sélectionné sur proposition d'un jury qui a examiné de très nombreuses possibilités. Autour de Jean-Paul Cluzel, président de la Rmn-GP et de Michel Orier, directeur général de la création artistique, le jury a réuni cinq personnalités du monde de l'art et professionnels de la culture :

- Bernard Blistène, directeur du Musée national d'art moderne-Centre Pompidou
- Fabrice Hergott, directeur du Musée d'art moderne de la Ville de Paris
- Pierre Oudart, directeur adjoint de la création artistique, chargé des arts plastiques
- María Inés Rodríguez, directrice du CAPC de Bordeaux
- Laurent Salomé, directeur scientifique de la Rmn-GP

HUANG YONG PING est un artiste français, né en Chine en 1954, reconnu sur la scène internationale. C'est à l'occasion de l'exposition « Les Magiciens de la Terre » en 1989 au Centre Pompidou qu'il s'est fait connaître en France. Il a, depuis lors, participé à de très nombreuses expositions en France et à l'étranger, parmi lesquelles, ces dernières années, « Lille 3000 Fantastic 2012», « Panthéon » au Centre d'art de Vassivière ou encore la manifestation « Estuaire » en 2012 où il a réalisé le Serpent d'océan particulièrement apprécié du public. En 2013, le MAC de Lyon lui a offert sa première exposition personnelle : « Amoy/Xiamen ».

MONUMENTA 2016 sera la septième édition de cette manifestation qui connaît un très large succès auprès de tous les publics. Organisé par la RMN-GP avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, MONUMENTA, dont la 6e édition confiée à Ilya et Emilia Kabakov vient de se terminer avec succès, est désormais biennal. A lire : MONUMENTA 2014 : Bilan

June 29, 2014

MONUMENTA 2014 : Bilan

Grand succès pour MONUMENTA 2014 avec plus de 145 000 visiteurs

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication et Jean-Paul Cluzel, président de la Rmn-Grand Palais se réjouissent du grand succès remporté par la sixième édition de MONUMENTA.

Monumenta 2014 : Ilya et Emilia Kabakov, L'Etrange Cité
Affiche (c) RMN - Grand Palais

Confiée cette année au couple d’artistes Ilya et Emilia Kabakov, L’étrange cité a fermé ses portes dimanche 22 juin avec plus de 145 000 visiteurs (soit 3585 visiteurs/jour), une fréquentation comparable à celle des MONUMENTA d’Anselm Kiefer, Christian Boltanski ou encore Richard Serra. Il s’agit d’un très grand succès pour une installation d’art conceptuel qui a été l'occasion d'un riche débat d'idées dans la critique française et de retombées internationales exceptionnelles.

Invité à déambuler dans une cité utopique de 1500 m2 d’une blancheur éclatante sous la Nef du Grand Palais, le visiteur a suivi un parcours à la fois spirituel et poétique, le long d’une double enceinte circulaire d’abord, puis à travers des bâtiments reliés entre eux par des arches. Face à l’entrée de L’étrange cité, La Coupole de 24 tonnes en verre teinté faisait écho à l’architecture du lieu. Ses couleurs changeantes et les sons qu’elle diffusait ont capté d’emblée le visiteur avant qu’il ne s’immerge dans un univers clos. Composée de sept pavillons, cette « installation totale » l’a entraîné entre rêve et réalité, devant maquettes, dessins et tableaux. L’étrange cité s’appréhende comme un parcours initiatique dans lequel les Kabakov s’interrogent sur la condition humaine et sur « les grandes visions du progrès, de la science et de l’élévation de l’homme, qui ont pu conduire au bord du désastre » (Ilya Kabakov). 15 000 m² de panneaux de bois, 600 m² de parquet, et 17 tonnes de crépis ont été nécessaires à la réalisation de L’étrange cité. La plus grande partie des matériaux sera recyclée.

Tout au long de la manifestation, 53 médiateurs étaient à la disposition du public et l’ont guidé dans sa découverte de L’étrange cité. L’accessibilité à tous a été favorisée par des médiations et des dispositifs spécifiques  pour les malvoyants, qui ont recueilli beaucoup d'intérêt de la part des autres visiteurs, des visites en langue des signes et un partenariat avec l’association ARTZ, Action Culturelle Alzheimer, pour accueillir des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

La programmation culturelle, riche de concerts, rencontres, projections de films et performances, a attiré 13528 spectateurs. Elle a notamment été marquée par le Poème chorégraphique de Daniel Dobbels le 22 mai, le récital-spectacle Le Mystère Scriabine mis en scène par Vladimir Steyaert avec Vincent Larderet au piano le 5 juin et un concert d’improvisation Orgue et percussions par Thierry Escaich et Emmanuel Curt le 12 juin. Les Spécialistes, performances de comédiens dirigés par Emilie Rousset, metteure en scène de la compagnie John Corporation, ont également rythmé les week-ends de MONUMENTA.

Le week-end de clôture a été particulièrement festif avec La Fête de la musique animée par weloveart pour la soirée de samedi, qui a réuni 7989 personnes autour d’expériences électroniques et de performances, et Le Brunch des familles pour la matinée de dimanche.

L’application mobile L’étrange cité, le guide (utilisant la géolocalisation pour un parcours ludique et interactif) a été téléchargée gratuitement par près de 3000 visiteurs.

Pour prolonger l’expérience MONUMENTA, la Rmn – Grand Palais vient d’éditer la première monographie des Kabakov en France, un ouvrage complet de 272 pages réalisé par le commissaire Jean-Hubert Martin avec la collaboration de Bertrand Dommergue. Décryptant les œuvres antérieures du couple, il comporte également de nombreuses images in situ de L’étrange cité. Ce catalogue comporte une édition en langues anglaise et russe. 

Né en 1933 à Dnipropetrovsk (ex URSS), Ilya Kabakov est une figure majeure de la scène artistique mondiale. Dans les années 60, il entame un travail qui évoque la vie quotidienne en Russie. Depuis, ses installations, sculptures et peintures ont été exposées dans le monde entier. Née elle aussi à Dnipropetrovsk, en 1945, Emilia Kabakov est diplômée de la Faculté de Musique et a étudié la littérature espagnole à l’Université de Moscou. Ilya et Emilia Kabakov travaillent ensemble depuis 1989 et vivent à Long Island, New York.

Organisée par le ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale de la création artistique), la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, le ministère de la Culture de la Fédération de Russie et le département de la Culture de la Ville de Moscou et le Multimedia Art Museum Moscou (MAMM), MONUMENTA 2014 a eu pour commissaires Jean-Hubert Martin, directeur honoraire du Musée national d’art moderne, Paris, et Olga Sviblova, directrice du MAMM.

MONUMENTA a bénéficié du soutien de huit mécènes, Novatek, la Fondation Total, JCDecaux, Bug Juice, Neuflize OBC, Warner Music Group, Blavatnik Family Foundation, LVMH, du concours de Teatro Real de Madrid, la galerie THADDAEUS ROPAC (Paris-Salzbourg) et la galerie LIA RUMMA (Milan-Naples).

La prochaine édition de MONUMENTA se tiendra en 2016 sous la nef du Grand Palais. La ministre de la Culture et de la Communication annoncera très prochainement le nom de l'artiste retenu sur proposition d'un comité de sélection rassemblant des personnalités du monde de l'art. A lire : MONUMENTA 2016 : Huang Yong Ping (artiste sélectionné pour la 7ème édition).

June 27, 2014

Kristof Everart @ Galerie Eva Vautier, Nice

Kristof Everart
Galerie Eva Vautier, Nice
28 juin - 6 septembre 2014



Kepler 186f, titre mystérieux et ambitieux. Que peut-il bien cacher? Kepler, c’est Johannes Kepler, un mathématicien, astronome, astrologue allemand du seizième siècle. C’est lui qui détermina que les planètes orbitaient en ellipse autour du soleil. Il démontra aussi que leur vitesse dépendait de la distance qui les éloigne du soleil et décrivit le mouvement de chaque planète autour du notre. Kepler, c’est aussi un télescope de la NASA qui fut mis en orbite en 2009, sa mission: détecter des exoplanètes. Il tomba en panne en 2013.

Kepler 186f, c’est la première exoplanète de la taille de la Terre située dans la zone habitable du soleil Kepler 186. Elle pourrait disposer d’eau sous forme liquide, condition sine qua non à une présence de vie telle que nous la connaissons. C’est en avril 2014 que la fausse jumelle de notre Terre fut révélée au monde, à notre monde.

Quel rapport avec le travail de Kristof Everart, me direz-vous? Va-t-il nous proposer sa vision de cette planète? Des illustrations de ses paysages? De ses campagnes? Ses villes? Nous montrer ses habitants? Pas vraiment.

Les dernières œuvres d’Everart explorent les territoires, leurs frontières, leurs limites et leur étendue, le passage d’un territoire à l’autre, d’un espace à l’autre, d’un concept à un autre. Kepler 186f, c’est l’autre fantasmé, l’autre inaccessible, l’autre où tout est inconnu, tout est possible, tout est possibilité. C’est là que se situe le fil conducteur de cette exposition. Il est au-delà des recouvrements, des Transformations de son exposition à la Galerie des Ponchettes pendant l’hiver 2009. Il raconte une histoire d’expériences et de ressentis. Pour le faire, la Galerie Eva Vautier a été
transformée, elle abrite maintenant un nouveau monde. La circulation est modifiée, de nouvelles zones sont nées.

Au premier niveau, le sommet d’une montagne, le passage d’un col désertique, devant, le bloquant, une sculpture posée, lumineuse, un tournant et nous voici face à de grands tableaux, paysages mouvants, taches de peintures, nuages, nuances, des formes à distinguer, invitant à la contemplation. Une atmosphère entre deux états, sobriété, légèreté, une abstraction à la limite de la figuration qui nous raconte une histoire surréaliste, une construction du hasard décidée par l’Architecte de ce monde.

A l’étage, l’air, les dessins, des arbres en suspension, du bois sculpté, un nœud de circulation menant à des trésors disposés ici et là, une partition légère, de la musique improvisée par Dorian Casacci, l’artiste musicien invité par Kristof Everart, qui propose une lecture et une illustration sonore de ce monde énigmatique. Un monde où, comme dans Twin Peaks «il y a toujours de la musique dans l’air» et l’apparence peut être trompeuse.

Plus qu’une exposition, Kepler 186f est une proposition, une traversée de territoires familiers, qu’un décalage nous rend inconnus, proches et lointains, à portée de main et d’esprit. Une réflexion plastique sur ce qui nous entoure, sur notre perception, notre appréhension et nos sensations. 

Texte Anne-Sophie Lecharme

Galerie Eva Vautier
2 rue vernier
Quartier Libération
06000 Nice
www.eva-vautier.com

June 16, 2014

Exposition Carrier-Belleuse, le Maître de Rodin, Palais de Compiègne

Carrier-Belleuse, le Maître de Rodin
Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne
Jusqu'au 27 octobre 2014

Albert Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887) fut l’un des sculpteurs les plus célèbres et certainement les plus omniprésents du Second Empire. Après des débuts dans un atelier d'orfèvre, il gravit les échelons de la formation de sculpteur jusqu'à la consécration au Salon. « C’est presque une machine à sculpter... Chaque jour sortent de son atelier des bustes, des ornements, des statues, des statuettes, des bronzes, des candélabres, des cariatides ; bronze, marbre, plâtre, albâtre, il taille tout, il façonne tout, il creuse tout; mais que cette machine a d’esprit, d’imagination, de verve!» (Edouard Lockroy, « Le Monde des Arts », L’Artiste, vol.77, 1865, 40)

En effet, doué d'une aisance époustouflante il dessinait et modelait tout ce que croisait son regard. Son style naturaliste, nourri de réminiscences de la Renaissance bellifontaine et d'une fascination pour le XVIIIe siècle, s'adaptait à tous les types de sculpture et aux arts décoratifs auxquels il ne cessa de fournir des modèles. Outre ses présentations aux Salons, il produisit des éditions de sujets tirés de la mythologie, de l’histoire ou de pure fantaisie, en terre cuite, bronze ou marbre, grâce à une utilisation novatrice de la technologie du temps. Il n'est aucun domaine auquel il ne contribua.

Selon la pratique du XIXe siècle, il organisa un atelier où collaboraient de nombreux praticiens qui oeuvraient à la production de ses sculptures et de leurs «dérivés». Le jeune Auguste Rodin y travailla à ses débuts et trouva chez son maître une veine décorative perceptible par la suite dans son oeuvre; il y apprit en outre à maîtriser les moyens de sa diffusion. L’exposition, première rétrospective consacrée à Carrier-Belleuse, montre comment, à côté de Carpeaux, il incarne la sculpture du Second-Empire, son éclectisme, sa générosité, sa capacité d'invention et ses ouvertures sur des perspectives multiples qui expliquent que Rodin fut profondément marqué par son maître.

Des prêts exceptionnels des musées d'Orsay, Rodin, des Arts décoratifs de Paris, de la Cité de la Céramique, du Metropolitan Museum of Art de New York, de collections publiques et privées permettent d'apprécier l'extraordinaire qualité de son oeuvre et de mesurer son influence sur Auguste Rodin. 

Cette exposition est organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Palais de Compiègne

Commissaire de l'exposition : June Hargrove, professeur à l’University of Maryland, Gilles Grandjean, conservateur en chef au Palais de Compiègne
Directeur : Emmanuel Starcky, directeur des musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne et de Blérancourt
Scénographe : Loretta Gaïtis – architecte DESA scénographe

Publication : Catalogue de l'exposition, Editions de la RMN Grand Palais, 2014, 192 p., 180 illustrations.

Musées et domaine nationaux de Compiègne 
Site internet : www.musee-chateau-compiegne.fr

June 12, 2014

Brouillon Kub. Les artistes cubistes et la caricature au LaM, Villeneuve d'Ascq

Brouillon Kub / Les artistes cubistes et la caricature
LaM, Villeneuve d'Ascq
14 juin - 21 septembre 2014 

LUC, « Le …bisme expliqué », dessin paru dans Le Journal amusant
n° 698, 8 novembre 1912. Photo : N. Dewitte / LaM. 

Inspirée par un article éclairant de Jean-Claude Lebensztejn, l’exposition Brouillon Kub porte sur la réception du cubisme dans la presse illustrée pendant les années de guerre et celles qui la précèdent.

Entre 1907 et 1918, le ton se durcit à l’encontre des artistes, passant d’une entreprise de dénigrement bon enfant à une assimilation de l’avant-garde à l’envahisseur ennemi.

Parce que son principal marchand est allemand, le cubisme s’écrit alors avec un K et devient, dans l’esprit des caricaturistes, un moyen de « germaniser l’esprit français. »

Au-delà du jeu souvent mordant entre les défenseurs et les détracteurs du cubisme, cette exposition entend confronter les œuvres des artistes ciblés, représentés dans les collections du LaM, aux publications de l’époque et aux avant-courriers d’un « retour à l’ordre » de la peinture française. 

Commissariat de l'exposition :
Nicolas Surlapierre, directeur des musées de Belfort
Jeanne-Bathilde Lacourt, conservatrice en charge de l’art moderne au LaM

De Louis XIV à Louis XVI. Un art de vivre à la française - Musée du Louvre, Nouvelles salles des objets d'art

De Louis XIV à Louis XVI. Un art de vivre à la française Musée du Louvre, Nouvelles salles des objets d'art

Au premier étage de l’aile nord et dans une partie de l’aile ouest de la cour Carrée, un chantier d’exception s’est achèvé : celui de la rénovation complète des salles consacrées aux objets d’art du règne de Louis XIV et du XVIIIe siècle. Il constitue la dernière étape des travaux du département des Objets d’art entrepris dans le cadre du projet du Grand Louvre. 

Le musée du Louvre abrite l’un des ensembles les plus riches et les plus complets jamais réunis dans une collection publique, témoignage éclatant du savoir-faire français du XVIIIe siècle, admiré dans le monde entier. Afin de donner aux visiteurs du musée une lecture plus compréhensible de cette collection, les salles ont connu un changement spectaculaire.

Une collection unique 

Les collections de l’art du XVIIIe du département des Objets d’art offrent un large panorama de la décoration intérieure, de la production des grandes manufactures, de l'artisanat et du commerce d'art, principalement français, du règne de Louis XIV à la Révolution. Elles sont constituées de boiseries et de décors peints, de tapisseries et de tapis, de meubles d'ébénisterie et de menuiserie, de bronzes d'ameublement, de marbres et pierres dures, d’orfèvrerie et de bijouterie, d’instruments scientifiques, de faïences et porcelaines européennes, de laques et porcelaines d'importation. L'origine principalement royale et princière de ces collections leur confère un caractère particulièrement remarquable, en comparaison de celles des autres musées d’arts décoratifs, en Europe et aux Etats-Unis. 

Les arts somptuaires des règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI n’ont pourtant acquis droit de cité au musée du Louvre que tardivement, à l’occasion de deux moments-clés. En 1870, lors du sauvetage in extremis de meubles et d’objets historiques retirés du palais des Tuileries et du château de Saint-Cloud avant qu’ils ne soient la proie des flammes. Puis, en 1901, lors d’un versement par le Mobilier national d’un grand nombre de chefs-d’œuvre de l’ébénisterie et de la tapisserie parisienne provenant des demeures royales et impériales. 

La générosité de très grands amateurs, tels qu’Isaac de Camondo ou Basile de Schlichting, à l’origine de legs fastueux, respectivement en 1911 et 1914, contribua à enrichir la collection au début du XXe siècle. Les enrichissements se sont poursuivis depuis de manière spectaculaire, permettant au Louvre de rassembler une des premières collections au monde. 

Un nouveau parcours muséographique

Les salles du premier étage de l’aile nord de la cour Carrée, dont l’installation remontait pour l’essentiel au début des années 1960, ont été fermées dès 2005 pour une nécessaire mise aux normes. Celle-ci impliquait, entre autres, l’établissement d’escaliers de part et d’autre du pavillon Marengo. Par ailleurs, la muséographie en place jusqu’en 2004 était encore, avec quelques aménagements plus récents, celle voulue par Pierre Verlet en 1962-1966.

A l’automne 2011 ont débuté les travaux de rénovation. La maîtrise d’oeuvre du chantier a été confiée à l’architecte Michel Goutal, suivant un projet muséographique élaboré de concert par Jacques Garcia et les conservateurs du département des Objets d’art, sous la direction de Marc Bascou, et avec l’assistance technique de la direction de la Maîtrise d’Ouvrage du musée du Louvre.

Les visiteurs peuvent ainsi maintenant découvrir un nouveau parcours muséographique de 2183 m2, comportant 33 salles et présentant plus de 2 000 objets.

Le circuit est divisé en trois grandes séquences chronologiques et stylistiques :
- 1660-1725 : règne personnel de Louis XIV et la Régence
- 1725-1755 : épanouissement du style rocaille
- 1755-1790 : retour au classicisme et règne de Louis XVI.

Les créations du Grand Siècle seront présentées dans les salles historiques du Conseil d’Etat, tandis que l’aile nord de la cour Carrée accueille une suite de period rooms, doublées de galeries de vitrines thématiques. Les premières permettent de remettre les oeuvres en contexte, les secondes de présenter les collections de céramique et d’orfèvrerie et de mettre en valeur des grands chefs d’oeuvre de la période.

La présentation essentiellement chronologique des collections a vocation à éclairer aussi bien l'histoire des techniques que celle des styles, à présenter les grandes résidences et les principales personnalités du temps : artisans, artistes ou commanditaires. A travers l'évocation des palais royaux ou princiers disparus (Saint-Cloud, Bellevue, les Tuileries, Montreuil, ...), des hôtels particuliers parisiens (hôtels Le Bas de Montargis, Dangé, de Chevreuse) et des résidences de campagne des élites (châteaux de Voré et d'Abondant), c'est toute la variété des lieux et des milieux à l'origine de la floraison des arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles, qui fonde l'arrière-plan historique de la présentation.

On y croise la famille royale (le Roi, le prince de Condé, le comte d'Artois, Mesdames de France, Marie-Antoinette), mais aussi les favorites (Madame de Pompadour, Madame du Barry), des grands seigneurs de la cour (le duc de Chevreuse, le marquis de Sourches) et des financiers parisiens (Claude Le Bas de Montargis, François-Balthazar Dangé).

La collection rend bien sûr hommages aux grands créateurs des arts décoratifs de cette période, dont on mesure mal aujourd’hui, pour certains, l’immense prestige dans toute l’Europe du temps : les ébénistes André-Charles Boulle, Charles Cressent, Bernard II Van Risenburgh, Jean-François Oeben, Martin Carlin, Jean-Henri Riesener, les orfèvres Thomas et François-Thomas Germain, les Roëttiers, Robert-Joseph Auguste, les peintres et décorateurs Charles Le Brun, Jean-Baptiste Oudry, Charles-Antoine Coypel. Les plus fameux sont logés à la Galerie du Louvre et forment, à l’instar d’André-Charles Boulle ou de Thomas Germain, des dynasties aussi renommées que durables. 

Véritables laboratoires d’invention, leurs ateliers travaillent autant pour le roi et la cour que pour les souverains étrangers, contribuant à cette diffusion de la culture française qui donne le ton à toutes les cours européennes. 

Un programme de médiation permet en outre l’intégration par des panneaux de contextualisation et des équipements multimédia, de références historiques ou sociologiques éclairant aussi bien l’histoire du goût que le monde de la production, celui des intermédiaires et marchands ou l’évolution de la commande et des usages. 

La découverte d’un art de vivre à la française : le choix des period rooms   

Au sein de chaque séquence, une attention particulière est portée à l’aménagement de period rooms, s’efforçant de rétablir des décors dans leur configuration originale. D’autres salles regrouperont dans des « évocations d’intérieur » des ensembles stylistiquement cohérents de mobilier et d’objets d’art au sein de décors recréés. Ce principe muséographique des period rooms, adopté dès le XIXe siècle par certains musées historiques ou d’arts décoratifs, permet de répondre aux attentes d’un large public, en rendant perceptible et compréhensible cet art de vivre luxueux, au raffinement inégalé, et en resituant les plus belles inventions des décorateurs et maîtres-artisans dans leur environnement naturel. 

Les period rooms ainsi réalisées permettent de restituer des décors documentés, accompagnés de meubles d’époque, comme les salons et bibliothèque de l’hôtel de Villemaré, le grand salon du château d’Abondant et la chambre de parade de l’hôtel de Chevreuse. 

En concertation avec les autres départements, sont présentés des peintures, des sculptures antiques ou modernes, des pastels et des estampes dans des installations pérennes ou des accrochages renouvelables. Le célèbre portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud est ainsi exposé dans l’une des salles du Conseil d’Etat, où est réunie l’une des plus belles collections de meubles Boulle au monde. 

La nouvelle muséographie permet notamment d’installer d’importants décors peints, comme les panneaux d’Oudry du château de Voré ou un plafond provenant du palais Pisani à Venise, attribué à Giovanni Scajario (1726-1792). Le pavillon Marengo accueillera une extraordinaire coupole peinte par Antoine-François Callet (1741-1823) pour l’hôtel de Bourbon Condé. 

Un chantier entièrement financé par le mécénat

Cette rénovation, d’un budget de 26 millions d’euros, est le premier grand projet muséographique entièrement financé grâce au mécénat. Elle a bénéficié du soutien de nombreux partenaires au premier rang desquels l’entreprise Montres Breguet, mécène principal du projet, et le Cercle Cressent du Louvre, présidé par Maryvonne Pinault, qui réunit amateurs et collectionneurs d’Objets d’art du XVIIIe siècle. 

En France et aux Etats-Unis, la Société des Amis du Louvre et les American Friends of the Louvre ont mobilisé de nombreux donateurs autour de ce projet. D’autres grands partenaires français et étrangers se sont engagés aux côtés du Louvre, en particulier MGM China, Eni, Kinoshita Group, la Fondation Stavros Niarchos, la Fondation Gilbert et Rosemary Chagoury et les Fondations Edmond de Rothschild. Enfin, deux collaborations d’envergure menées avec des musées américains, le High Museum d’Atlanta et les Fine Arts Museums de San Francisco, ont contribué au financement du réaménagement. 

Musée du Louvre

June 6, 2014

Exposition Manger des yeux, Dinard, Villa Les Roches Brunes

Manger des yeux 
Villa Les Roches Brunes, Dinard 
7 juin - 7 septembre 2014 

A la Villa Les Roches Brunes, à Dinard, l’exposition « Manger des yeux » pose la question du caractère délibéré et donc signifiant, de la mise en scène de la nourriture par ceux qui la préparent. Cette « mise en assiette » traduit, à chaque époque de l’histoire, l’impact des usages, des conventions, des modes, mais aussi de la sensibilité de ceux qui font la cuisine. C’est la raison pour laquelle l’exposition évoque les figures d’un certain nombre de chefs qui, parti pris géographique faisant, se rattachent à l’histoire de la cuisine en Bretagne.

Se démarque, tout d’abord, la figure étonnante et trop souvent oubliée d’Edouard Nignon. Né à Nantes en 1865, il entre, à l’âge de 9 ans, en apprentissage dans un restaurant de cette ville, le Cambronne. Bientôt la Bretagne ne lui suffit plus. Muni d’une lettre de recommandation, il se rend à Paris où il travaille dans les plus grandes maisons. Il est chef entremettier pour l’exposition universelle de 1889, puis chef rôtisseur au Lapérouse. Se sentant à l’étroit dans la capitale, il se laisse gagner par l’appel de l’Europe où la nouveauté vient aussi de l’Est. Le voilà à Vienne puis à Saint- Pétersbourg où, en 1896, il organise le banquet du sacre du tsar Nicolas II. Fortune faite, il retourne en France en 1908 et achète le célèbre restaurant Larue, place de la Madeleine. Il meurt en 1934, à Bréal-sous-Monfort, près de Rennes.

À l’autre bout de la chaîne, se distinguent un des plus illustres chefs bretons de Paris, Alain Passard, né à La Guerche-de-Bretagne, à une vingtaine de kilomètres de Vitré, ainsi que l’ensemble des chefs étoilés du département d’Ille-et-Vilaine, selon le fameux classement du Guide Michelin : Julien Lemarié à Rennes, Sylvain Guillemot à Acigné, David Etcheverry à Saint-Grégoire, Luc Mobihan à Saint-Servan, Olivier Guérin à Saint-Méloir, Jean-Philippe Foucat à Saint-Malo, Olivier Roellinger et Raphaël Fumio Kudaka à Cancale. Tous ces cuisiniers ont été invités à réaliser la même recette de la salade dinardaise, consignée par Edouard Nignon dans son Les Plaisirs de la table, paru en 1930. Leurs réalisations, photographiées par Franck Hamel, permettront aux visiteurs de mesurer la très grande diversité des points de vue sur la mise en oeuvre des mêmes ingrédients de base par des cuisiniers différents. Leur juxtaposition permet ainsi de prendre la mesure de l’importance de la manière non seulement de présenter la nourriture mais aussi de la représenter.

C’est la question que posent, de façon générale, toutes les représentations d’une préparation culinaire ou des produits qui la composent, qu’elles soient destinées à sa description (dans des livres de cuisine ou dans des revues) ou à sa promotion par la publicité, sur tous les supports, y compris aujourd’hui sur Internet. C’est pourquoi seront présentées des affiches et des photographies de produits alimentaires, en l’occurrence bretons. La « réclame » s’est emparée, de façon très précoce, des produits de l’agriculture et de la pêche. Dans la France de la fin du XIXe, Jossot, célèbre caricaturiste, crée une affiche pour les sardines Amieux-Frères. Par la suite, la publicité vantera, dans la France de la Reconstruction, les mérites du petit pois « né en Bretagne ». Un pli était pris et les campagnes de promotion des productions agricoles de cette région, se multiplient, mobilisant, avec subtilité, des codes divers de représentation, oscillant entre le minimalisme et l’opulence.

La cuisine est un art en ce qu’elle agence, avec invention, avec raffinement, avec préciosité parfois, des ingrédients dont l’association n’est dictée par peu de nécessité matérielle. Elle exprime donc une véritable culture. Cette culture se traduit également dans la présentation des mets mais aussi dans leur représentation. Certains chefs, comme Alain Passard, n’hésitent pas à aller plus loin encore, dans la logique de la représentation artistique des ingrédients de leur cuisine. Ils ne les confient pas seulement à des tiers, photographes, mais s’engagent dans la production d’oeuvres, des collages ou des sculptures, donc, les évoquant avec poésie.

C’est à ce point de l’évolution de la représentation de la nourriture que l’exposition de la villa Les Roches Brunes rejoint celle du Palais des arts et du festival : Le festin de l'art.


Exposition Le Festin de l'art, Dinard, Palais des arts et du festival

Le Festin de l'Art
Palais des arts et du festival, Dinard 
7 juin - 7 septembre 2014 

Oeuvre © Jeff Koons. Lobster, 2003 / Pinault Collection

Au Palais des arts et du festival, à Dinard, l’exposition « Le Festin de l’art », explore la question de la relation de l’art contemporain avec la nourriture. Pendant des siècles, la nourriture a, en effet, constitué l’un des thèmes les plus constants de l’art occidental, notamment de la peinture. Il est vrai que beaucoup d’artistes ont trouvé dans la représentation de la nourriture, un thème dont la plasticité, balançant sans cesse entre la somptuosité de l’accumulation des mets et l’austérité pudique de leur rareté, s’est prêtée à d’infinies variations. Des bodegones espagnols, aux stilleben flamandes, en passant par la représentation d’une corbeille de fruits par Le Caravage, c’est toujours la même prédilection pour le genre de la nature morte alimentaire que l’on rencontre. On la retrouve au XVIIIe siècle chez Chardin quand il peint des prunes ou des fraises.

De la même manière, la représentation du repas, qu’il soit mythologique, biblique, historique, aristocratique, bourgeois ou paysan, n’a cessé de fournir aux artistes un sujet dont ils se sont délectés. Il n’est qu’à songer aux innombrables versions des Noces de Cana ou du Repas chez Lévi ou encore du Repas des pèlerins d’Emmaüs, sans compter, naturellement, le repas par excellence qu’est la Cène dont le chef-d’oeuvre de Léonard de Vinci constitue la référence absolue.

La modernité naissante n’a pas mis un terme aux variations sur ces thèmes. L’une de ses oeuvres inaugurales n’est-elle pas, justement, une scène de déjeuner, Le Déjeuner sur l’herbe, de Manet ? De la même manière, on verra les artistes phares du passage du XIXe au XXe siècle, que ce soit Manet, Cézanne ou Matisse, ne pas délaisser la ressource plastique de la représentation des aliments, avec, en général, un parti pris de très grande sobriété qu’illustrent parfaitement les pommes de Cézanne ou les oranges de Matisse.

La création contemporaine, celle des dernières décennies, a-t-elle délaissé ces thèmes ? Non, les artistes ne cessent de s’en emparer. Ils le font, tout d’abord, en perpétuant et en revisitant le « grand genre » de la nature morte, à la fois par la peinture – c’est le cas de Luc Tuymans, Philippe Cognée ou Ulrich Lamsfuss –, mais aussi, de façon intense, par la photographie. En témoignent les oeuvres de Jean-Pierre Sudre, Robert Mapplethorpe, Patrick Faigenbaum, Véronique Ellena ou Jitish Kallat. Très souvent, au-delà de la simple qualité plastique du sujet, les artistes recherchent également dans le traitement du thème, une occasion d’illustrer, la fragilité des choses, leur précarité, leur vanité.

D’autres artistes tels que Hervé Di Rosa, Martin Bruneau ou Isabelle Arthuis se sont attachés à renouveler un autre « grand genre », celui du repas tandis que Daniel Spoerri ou Andres Serrano détournent une icône du genre, la Cène de Léonard de Vinci.

Le détournement est l’un des ressorts de la création contemporaine. À travers les compressions de César, les accumulations d’Arman ou, plus récemment, les cuillers géantes de Subodh Gupta, les couverts et autres ustensiles de cuisine sont remis en perspective, tout comme l’est la nature morte, recomposée au miroir de la culture pop, à l’instar du Foodscape d’Erró, du Lobster de Koons, du Festin de Gilles Barbier ou encore de la série Junk Food d’Aurélie Mathigot.

La création contemporaine qui manifeste, dès son berceau duchampien, qu’« on peut faire de l’art avec n’importe quoi », innove cependant de façon spectaculaire, dans son approche de la question de la nourriture, en s’emparant des aliments eux-mêmes pour en faire le medium de la production d’oeuvres. C’est le cas des reliefs alimentaires figés dans une éternité artistique par Spoerri dans ses tableaux-pièges. C’est le cas également dans les buffets colorés de Dorothée Selz ou avec le Régime chromatique de Sophie Calle. Tantôt, c’est la nourriture qui devient le matériel plastique d’une nouvelle façon de faire de l’art, y compris en prenant en compte les modifications que le temps fait subir à ce matériau inédit, comme dans le Kartoffelhaus de Sigmar Polke, ou encore en instituant le repas non plus comme un objet de représentation mais comme un acte artistique en soi.

La création contemporaine, enfin, déploie dans un contexte historique qui a profondément bouleversé la relation des sociétés avec la nourriture, creusant les disparités entre les parties du monde qui y accèdent avec une abondance inédite et celles qui, déjà frappées de nombreux maux, n’y prétendent que difficilement. L’abondance de la nourriture, elle-même positive dans son principe, devient source de maux et d’inquiétudes, notamment ceux, sanitaires, liés à la surconsommation ou à la « malbouffe ». Cette abondance devient le symptôme même de la société de consommation dont les philosophes, les sociologues, certaines forces morales ou politiques, dénoncent la toute-puissance et la menace.

L’art, fidèle témoin des sociétés et des histoires dans lesquelles il est produit, manifeste, à cet égard, une large capacité de critique de la surabondance alimentaire que traduit, à la fois, la prégnance – dénoncée par Andy Warhol ou Claude Closky – des marques, devenues des icônes des temps modernes et la confusion possible – soulignée par Philippe Mayaux, Guillaume Bresson ou Thomas Mailaender – de la relation des hommes avec ce qu’ils mangent.

L’exposition rassemble près de soixante-dix oeuvres majeures provenant de nombreuses collections, dont la Collection Pinault.