Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


November 3, 2010

La Photographie Africaine a la cote

Photographie Africaine
Vente du 23 novembre 2010 à Bruxelles
Par Pierre Bergé & Associés

 

Affiche de la vente Copyright Pierre Bergé et associés, Paris-Bruxelles, 2010

 

Le Mardi 23 Novembre 2010, Pierre Bergé & Associés,  fidèle à son esprit pionnier, organise la première vente uniquement consacrée à la photographie africaine : une vente exceptionnelle couvrant, du Maghreb à l’Afrique du Sud, plus d’un siècle et demi de photographie africaine (1850-2010).

Les expositions In/sight : African Photographers, 1940 to the present au Guggenheim Museum de New York (24 mai - 22 septembre, 1996), Africa Remix au Centre Pompidou (25 mai - 8 août, 2005), de même que Les magiciens de la Terre (Centre Pompidou, 18 mai - 14 août, 1989), organisée par Jean-Hubert Martin, avec le soutien privilégié d’André Magnin, ont révélé à l’Occident, la richesse et le dynamisme de l’art contemporain africain, et en particulier la photographie, jusque-là, ignorés des institutions culturelles, comme du marché de l’art. La reconnaissance est en cours et l’Afrique des artistes a désormais ses étoiles, convoitées par les musées et exposées dans les foires internationales.

L’oeil de VINCENT GODEAU, consultant chez Pierre Bergé & Associés, a su rassembler les œuvres de 59 photographes de cultures et de sensibilités différentes avec le souci de représenter la diversité des approches photographiques de tout un  continent, sans oublier la diaspora africaine en Europe. Vincent Godeau est l’auteur d’une thèse de Doctorat sur La photographie africaine contemporaine : vers une photographie panafricaine (1989-2009), Thèse de Doctorat soutenue sous la direction de Arnauld Pierre, Histoire de l’Art et Archéologie, Université Paris IV- Sorbonne, Paris, 24 Juin 2010, 2 vol. 677 pages.

Au total, 270 lots illustrent l’histoire de la photographie africaine, des années 1850 à nos jours, qui connut les révolutions de la couleur, puis du numérique, avec de ça, de là, ses poches de résistance.

Le cœur de la vente réserve un temps fort avec 21 portraits du Soudanais AL RASHID MAHDID (1923-2008), sans doute, le plus grand portraitiste d’Afrique orientale. Jeunes mariés, sportifs, policiers, artisans, pimpants diplômés, employés de chemin de fer ou militaires sont passés par son objectif, en format 18 x 24. Son portrait à la chambre de Jeune officier une étoile est l’un des plus troublant de la série, estimé 2300  / 2500 EUR. Avec un petit air d’Elvis dans son uniforme occidental, ses scarifications trahissent ses origines tribales. Al Rashid Mahdi est l’un des premiers portraitistes africain à penser le décor et la lumière de ses portraits, selon un protocole rigoureux de prise de vue. Il choisissait le diaphragme pour l’exposition en fonction du développement à venir  : une pratique élaborée avant même que ne paraisse la célèbre théorie d’Ansel Adams sur le « zone system ».

 

AL RASHID MAHDI

AL RASHID MAHDI (Soudan, 1923-2008)
Jeune officier une étoile portant scarification de la tribu chaïgir, 11 mars 1970. Tirage argentique en noir et blanc, deux exemplaires connus à ce jour, vintage. Cachets au verso : en arabe « Rashid Studio Atbara » et en anglais “Studio Al Rashid Atbara” ; © Al Rashid Mahdi /Elnour et tampon Elnour. H 13 x L 18 cm - Estimation : 2300 / 2500 EUR (Photo courtesy PBA)

 

Avec le Soudan, le Mali s’impose comme une nation pionnière de la photographie africaine représentée, ici, par le duo historique et de renommée internationale : SEYDOU KEITA (1921-2001), et Malick Sidibé. Le premier figure dans la vente avec 14 photos dont une dizaine provenant de la collection personnelle de Françoise Huguier, co-fondatrice des Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie. C’est le cas de ce Couple de jeune Wolofs, tirage argentique en noir et blanc par Jean-Pierre Leduc (Publimod), en 1993, estimé 1800 / 2200 EUR. Le second, et toujours actif, MALICK SIDIBE (né en 1936), séduira les amateurs avec ses portraits de la jeunesse débridée de Bamako, celle du quartier très vivant de Bagadadji, qui dans les années 70, se déhanchaient frénétiquement sur des airs Soul et Rock’n Roll made in U.S.A. Trois d’entre eux, « cigarette au bec », posent en noir et blanc pour la postérité dans une fourchette d’estimation comprise entre 1400 et 1600 EUR.

 

SEYDOU KEïTA

SEYDOU KEïTA (Mali, 1921-2001)
Couple de jeunes wolofs de Bamako. Tirage argentique en noir et blanc par Jean-Pierre Leduc (Publimod), marge blanche, circa 1993. H 30 x L 40 cm - Reproduit dans le livre Seydou Keïta, coll. Photo poche n° 63, Paris, photo n°17.  Provenance Françoise Huguier. Estimation : 1800 / 2200 EUR (Photo courtesy PBA)

 

MALICK SIDIBÉ

MALICK SIDIBÉ (Mali, né en 1936)
Portrait en studio de trois jeunes gens. Tirage argentique dentelé noir et blanc, semi mat, marges blanches. Date (14 mai 1976) et cachet au verso « STUDIO-MALICK... Bagadadji-BAMAKO » - H 8,5 x L 13,5 cm - Estimation 1400 / 1600 EUR
(Photo courtesy PBA)

 

 

Par ailleurs, KELETIGUI TOURE (1922-1998), honore également le Mali avec 18 portraits des années 1940, tirés à l’argentique en 1997 par FREDERIC VIDAL, estimés entre 1.200 et 1.300 EUR, dans un format moyen de 19 x 28 cm.

 

KÉLÉTIGUI TOURÉ

KÉLÉTIGUI TOURÉ (Mali, 1922-1998)
circa 1940
Tirage unique réalisé en 1997
H 22,7 x L 28,8 cm – Estimation : 1200 / 1300 EUR
(Photo courtesy PBA)

 

 

 

« La technique de la photographie est simple, mais ce qui faisait la différence, c’est que je savais trouver la bonne position, je ne me trompais jamais. Le visage à peine tourné, le regard vraiment important, l’emplacement des mains… j’étais capable d’embellir quelqu’un. A la fn, la photo était très belle. C’est à cause de ça que je dis que c’est de l’art » -- SEYDOU KEITA, Bamako, 1995/1996. 

De la même génération que les pères de la photographie malienne, DAVID GOLDBALTT, juif-allemand, né en Afrique du Sud, en 1930, observe l’évolution sociale et politique de son pays, explorant les relations entre les individus et les structures dans lesquelles ils vivent. Dans les photos qu’il publie en 1975 dans l’ouvrage Particulars, proposé dans la vente à 2.500  / 3000 EUR avec un tirage original en noir et blanc au format 24 x 24, il fixe des détails de corps, vêtements et accessoires qui sont évocateurs d’une origine sociale et temporelle, une manière détournée de rendre compte de la complexité de la société sud-africaine.

 

DAVID GOLDBLATT

DAVID GOLDBLATT (Afrique du Sud, né en 1930) Ouvrage Particulars, Goodman Gallery Editions, Johannesburg, 2003, numéroté 45/100. Ouvrage accompagné d’un tirage en noir et blanc au format H 24 x L 24 cm, « Woman collecting shellf sh, Port Saint Jihns, Transkei, 1975 », reproduit p. 5 de l’ouvrage – Estimation 2 500 / 3 000 EUR.

Autre militant anti-Apartheid, JURGEN SCHADEBERG, né à Berlin en 1931, est illustré dans la vente par 7 clichés argentiques en noir et blanc dont un célèbre portrait de Nelson Mandela pris pendant le procès Treason (Treason Trial), à Pretoria, en 1958 (photo ci-dessous).

 

JÜRGEN SCHADEBERG JÜRGEN SCHADEBERG (Allemagne - Afrique du Sud, né en 1931)
Nelson Mandela during the Treason Trial-Pretoria, 1958. Tirage argentique en noir et blanc, marge blanche, signé au recto, daté (2008), numéroté (L.E. 9/18) – H 50 x L 60 cm – Au  verso : “Copyright c Jurgen Schadeberg”, et manuscrit : “Nelson Mandela during the Treason Trial-Pretoria, 1958. Jurgen Schadeberg. Handprinted by J.S. 2008, L.E. 9/18”. Reproduit dans l’ouvrage Jürgen Schadeberg Photographies, Hatje Cantz, p. 53 - Estimation : 2400 / 2600 EUR (Photo courtesy PBA)

 

Place à la couleur, avec deux portraits d’adolescents de Johannesburg par NONTSIKELELO “LOLO” VELEKO (Estimation, 800/ 1000 EUR), qui interrogent les identités communautaires,  à la suite de ses aînés Goldblatt et Schadeberg.

 

NONTSIKELELO “LOLO” VELEKO

NONTSIKELELO “LOLO” VELEKO (Afrique du Sud, née en 1977)
Série Beauty is in the eye of the beholder. Tirage couleur. H 29 x L 42 cm. Reproduit dans le catalogue de la biennale de Bamako de 2007, p. 111 – Estimation : 800 / 1000 EUR (Photo courtesy PBA)

 

De l’Afrique Australe, citons également les photos du Mozambicain RICARDO RANGEL, né en 1924, et celles, plus près de nous et en couleur, de la zimbabwéenne, BERRY BICKLE (née en 1959), dont les installations photographiques procèdent d’un travail de mémoire sur les identités interculturelles, tel ce collage de vêtements, lettres manuscrites et portraits photographiques  : photographie contrecollée sur un support en aluminium, estimée en 1000  et 1400 EUR. 

Les Indépendances africaines se sont accompagnées d’un engouement très fort pour la photographie qui a permis à de nombreux studios de perdurer et à d’autres de s’ouvrir, sur tout le continent africain, où se précipitait la jeunesse.

Celle de Bangui, par exemple, capitale de la République Centre-Afrique, se pressa au «  Studio National  », ouvert par le grand SAMUEL FOSSO (né en 1962), en 1975. Des photos qui ornaient la devanture, 15 ont été réunies dans un cadre par l’artiste lui-même. Elles constituent l’un des lots phare de la vente, estimé entre 15.000 et 20.000 EUR. Ces tirages argentiques montrent pour la première fois le travail de portraitiste accompli pendant la journée par le jeune photographe, avant que le soir, il ne se représente lui-même dans la solitude retrouvée de son studio.

L’Afrique équatoriale, est notamment représentée par JEAN DEPARA (1928-1997), avec 9 photos dont 8 portraits de la jeunesse de Léopoldville, future Kinshasa au Congo. Ces tirages argentiques en noir et blanc sont attendus autour de 1500 EUR.

Plus à l’Ouest, le Nigeria est présent à la vente avec trois tirages de la série de Hairstyles, réalisée entre 1968 et 1999, par J. D. OKKAI OJEIKERE. Les tirages argentiques en noir et blanc de cette série, exposée 2000 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, sont estimés entre 1800 et 2000 EUR.

 

J. D.‘OKHAI OJEIKEREJ. D.‘OKHAI OJEIKERE (Nigéria, né en 1930)
Oluweri Headdress, 1972. Tirage argentique. H 50 x L 60 cm - NB. Recto daté (05/02/2001), signé, référencé et daté HD-662A/72, tampon et timbre sec. Au verso : cachet “Tirage Philippe Salaün” -  Reproduit dans André Magnin, J. D. 'Okhai Ojeikere - Photographies, Fondation Cartier pour l’art contemporain et Actes Sud, 2000, p. 4.  1800 / 2000 EUR (Photo courtesy PBA)

 

Ce voyage à travers l’Afrique continentale se termine au Nord par le Maghreb avec des photos du marocain HICHAM BENOHOUD (né en 1968, à Marrakech), dont un tirage argentique issu de la série des Salles de Classes (Estimation, 800  / 1000 EUR), ensemble de photos réalisées entre 1994 et 2001. Pour ce projet, confie le photographe, « j’ai demandé à mes élèves de poser pour moi dans un espace réorganisé. J’ai finalement capté des images insolites dont la spécificité était d’être totalement inventées ».

En enjambant la mer méditerranée, la vente s’intéresse aux artistes franco-algériens qui, comme BRUNO BOUDJELAL (né en 1961), s’inspirent de leurs racines maghrébines pour nourrir leur travail photographique, comme il le fit en 2001 dans les Jours Intranquilles, série d’images à Bab el Oued, dans le village de son père (Estimation, 800 / 1000 EUR).

Au fil des pages du catalogue de la vente, il apparaît que les jeunes photographes africains partagent avec leurs aînés, les mêmes préoccupations  : les questions de l’identité, notion devenue complexe dans un monde métissé, la violence qui secoue l’Afrique, la globalisation des échanges, l’espoir et le désespoir de la jeunesse du continent.

Décomplexée de son grand frère occidental, la photographie africaine dans sa pluralité géographique et esthétique apparaît, plus que jamais, autonome, dynamique et engagée. Sa récente reconnaissance permettra encore à l’amateur de se positionner en dénicheur de talents. Cette vente en forme de rétrospective de la photographie africaine ancienne et contemporaine célèbre, à sa manière, le cinquantenaire des indépendances africaines (1960-2010).

VENTE : Mardi 23 novembre à 17 heures
BRUXELLES - SALLE DES BEAUX-ARTS
40 place du Grand Sablon 1000 Bruxelles
Grand Sablon 40 Grote Zavel B-1000 Brussel

EXPOSITION PUBLIQUE du samedi 20 au lundi 22 novembre de 11 heures à 18 heures et mardi 23 novembre de 11 heures à 14 heures

Consultant : Vincent Godeau

Catalogue consultable sur : www.pba-auctions.com

CATALOGUE DISPONIBLE chez Pierre Bergé & associés à Paris et Bruxelles : 10 EUR - Par Courrier : 12 EUR

#     #     #

La société de ventes volontaires Pierre Bergé & associés Belgique a réalisé pour la vente de Photographies africaines  du 23 novembre 2010  à Bruxelles, un montant de 57.860 EUR frais inclus.

TOP LOTS :

SEYDOU KEÏTA
L’enfant à la bicyclette
Tirage argentique
Adjugé frais inclus : 4960 EUR

YASMINA BOUZIANE
Untitled n°6 A.Y.A. The signature, 1993-1994
“Inhabited by imaginings we did not choose”
Tirage argentique
Adjugé frais inclus: 3100 EUR

Mise à jour Résultats

No comments:

Post a Comment

Merci pour vos commentaires :) Thanks for your comment ;)