Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


February 5, 2010

Retour vers le futur Expo CAPC Bordeaux

 

RETOUR VERS LE FUTUR

BUY-SELLF

 

CAPC, Musée d'art contemporain de Bordeaux

5 février - 16 mai 2010

 

Le CAPC a invité l’association artistique Buy-Sellf à proposer une exposition qui permet de faire le point sur les artistes et les oeuvres dont le groupe a récemment accompagné la production. Depuis plus de dix ans Buy-Sellf développe des stratégies de soutien, d’accompagnement et de dévelop­pement du travail des artistes plasticiens, en inscrivant principalement sa réflexion autour des problématiques liées à la production dans ses dimensions techniques, socio-politiques, économiques et marchandes.

Artistes présentés : Wilfrid Almendra, Fayçal Baghriche, Beni Bischof, Simon Boudvin, Lilian Bourgeat, Stéphanie Cherpin, Clédat & Petitpierre, Anne Colomes, Patrice Gaillard et Claude, Vincent Kohler, Laurent Kropf, Vincent Laval, Briac Leprêtre, Stéphane Magnin, Tony Matelli, Damien Mazières, Mathieu Mercier, Nicolas Milhé, Anita Molinero, Nicolas Moulin, Bruno Peinado, Alexandra Pellissier, Laurent Perbos, Frédéric Plateus, Guillaume Poulain, Jérémy Profit (photo ci-dessous -1), Serge Provost, Sylvain Rousseau, Victor Vasarely, Stéphane Vigny (photo ci-dessous -2).

 

Oeuvre de Jeremy Profit

Jérémy PROFIT, Sans titre, dessin au feutre en 4 parties, 2009
Exposition Buy-Sellf, CAPC © Courtesy de l'artiste

 

Stéphane VIGNY, Lustre, 2007

Stéphane VIGNY, Lustre, 2007 - © Courtesy de l'artiste


Retour vers le futur  emprunte son titre à une célèbre trilogie de Robert Zemeckis qui repose sur un voyage dans le temps. Le procédé, un des thèmes récurrents de la science fiction, consiste à se projeter dans une autre dimension temporelle afin d’exposer une vision du futur. Ce mécanisme est ici le prétexte à une exposition-repère sur l’activité du groupe Buy-Sellf. Retour vers le futur englobe en effet une dimension rétrospective et prospective : un retour sur des oeuvres nées du programme de production, un focus sur les artistes emblématiques qui ont marqué l’histoire de la structure (Anita Molinero, Mathieu Mercier, Bruno Peinado, Laurent Perbos, Guillaume Poulain, Wilfrid Almendra…) et la mise en lumière de projets d’artistes émergents qui crée la détente nécessaire à une projection dans l’avenir (Sylvain Rousseau, Stéphanie Cherpin, Frédéric Plateus…).

 

Oeuvre de Simon Boudvin

Simon BOUDVIN, 3 tectoèdres, 2009 - © Courtesy de l'artiste

 

La référence au cinéma de genre agit comme une trame dans le dispositif scénographique de cette exposition qui joue volontairement au simulacre d’effets spéciaux, usant de clairs-obscurs, de mises en scènes et d’artifices, intégrant les oeuvres comme autant de points d’ancrage employés à la construction d’un fil narratif. A l’exploration des phénomènes de récits s’adjoint ainsi celle des tonalités, des rythmes, des ambiances et des factures. La fantasmagorie collective et les possibilités de réappropriation de cette culture populaire sont largement interrogées.

Les questions et les formes de la modernité sont abordées avec les oeuvres de Damien Mazières, Frédéric Plateus ou encore Victor Vasarely. L’oeuvre de Nicolas Moulin nous transporte dans un univers mêlant architecture totalitaire et paysages post nucléaires. Anita Molinero déploie une oeuvre importante en polystyrène fondu dans un long travelling apocalyptique. La vidéo de Fayçal Baghriche se situe dans une temporalité inversée qui provoque trouble et vertige. L’autoportrait de Tony Matelli se consume éternellement et nous plonge quant à lui dans une profonde mélancolie.

Des oeuvres parraissent échapper à toute logique thématique. Les dessins d’Anne Colomes, paysages oniriques et naturalistes sont emprunts d’une forte dimension contemplative et vibratoire. La sculpture de Vincent Kohler, Woody (photo ci-dessous), figure totémique ironique et enfantine, apparaît dans ce contexte comme un anachronisme réjouissant et malicieux.

 

Photo de la sculpture de Vincent Kolher, Woody, 2009

  Vincent KOLHER, Woody, 2009 - Production Buy-Sellf
  © D.R. Courtesy Buy-Sellf – Exposition CAPC

 

La pièce de Briac Leprêtre, Erzatz, foyer à peine incandescent, nous ramène à l’âge des cavernes, à cet état primitif de la civilisation qui pourrait constituer un des pires scénarios pour le futur de l’ humanité. Elles répondent à une forme de paradoxe logique et reprennent à leur compte les mots d’Albert Einstein “J’ignore la nature des armes qu’on utilisera pour la prochaine guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."

Des oeuvres de cette exposition ont été spécialement produites par Buy-Sellf : Vincent Kolher, Woody, 2009 - Serge Provost, Flaque d’eau, 2004 - Patrice Gaillard et Claude, Toast Rack, 2008 (photo ci-dessous) - Stéphanie Cherpin, Daddy’s little girl ain’t a girl no more, 2009, oeuvre inédite - Anita Molinero, sans titre, 2009, oeuvre inédite

Patrice Gaillard et Claude, Toast Rack, 2008

Patrice Gaillard et Claude, Toast Rack, 2008
Production Buy-Sellf © D.R Courtesy Buy-Sellf

 

Des artistes de l’exposition ont bénéficié précedemment du programme de production : Nicolas Milhé, Lilian Bourgeat, Wilfrid Almendra, Laurent Perbos, Jérémy Profit, Anne Colomes, Bruno Peinado, Guillaume Poulain.

Commissaire invité : Frédéric Latherrade, fondateur de Buy-Sellf

Co-production : CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux / Le Lieu Unique, Nantes

 

CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux
Entrepôt Lainé 7, rue Ferrère
F-33000 Bordeaux

Galery Foy (rez de chaussée)

Horaires d'ouverture
Tous les jours de 11h00 à 18h00 sauf le lundi
Le mercredi jusqu'à 20h00
Fermetures annuelles : tous les jours fériés

Tarifs : 5 euros et 2,50 euros (tarif réduit)

 

Mathieu MERCIER, Lampe double douille, 1999

Mathieu MERCIER, Lampe double douille, 1999
Exposition Buy-Sellf, CAPC © Courtesy de l'artiste

 

Buy-Sellf : 10 ans d’activité

 

Les catalogues Buy-Sellf

En 1993 débute à Bordeaux la collaboration de Sébastien Blanco, Frédéric Latherrade et Laurent Perbos, trois étudiants de l’école des Beaux-Arts. Leur réflexion commune sur le statut de l’objet artistique et la possibilité d’un nouveau mode de diffusion aboutit il y a 10 ans à la création de Buy-Sellf, le premier catalogue de vente par correspondance d’oeuvres d’art jamais publié. Cette publication dont le titre en forme de calembour évoque à la fois l’activité marchande et l’auto-production joue avec ironie avec les codes éprouvés par la grande distribution, et « marche avec audace sur les traces de Pinault Printemps Redoute ». Elle offre un espace où se croisent les oeuvres d’artistes internationaux venant de multiples champs disciplinaires. Des plasticiens, des musiciens, des éditeurs, des auteurs de bandes dessinées y présentent le fruit de leurs recherches. Quatre parutions verront le jour de 1999 à 2004.

Les expositions

Conjointement aux éditions, le groupe Buy-Sellf multiplie les projets d’expositions et développe une stratégie d’apparitions fulgurantes et généreuses (salons du livre, foires internationales…), tout en répondant à l’invitation d’espaces dédiés à l’art contemporain en France et à l’étranger (foires d’art contemporain, Palais de Tokyo, Atlanta College of Art Gallery, Fonderie Darling à Montréal…) Ces expositions reposent sur des scénographies fortes qui transposent des univers quotidiens comme les grandes surfaces, les parcs de jeux d’enfants, ou les boîtes de nuit et s’attachent à pervertir des codes, des mécanismes, des systèmes à l’oeuvre dans ces environnements.

Le programme de production

Ces expérimentations ont inscrit avec force l’engagement du groupe auprès des artistes plasticiens émergents. Dès 2003, un programme de production, principalement axé sur la sculpture a permis de renforcer ce soutien. Dans le même temps le groupe se scinde et Laurent Perbos ouvre à Marseille Buy-Sellf Art Club, un espace de diffusion qui jusqu’alors faisait défaut et propose un espace de visibilité permanent. Ce nouvel axe Sud dessine la géographie d’un projet qui évolue vers un approfondissement du travail de production. Il repose sur les ateliers à Bordeaux, la galerie identifiée à Marseille et de nombreux partenariats noués avec des acteurs institutionnels (CAPC, musée des Beaux-Arts de Bordeaux, FRAC Alsace, FRAC Aquitaine…) ou privés (Zoo Galerie à Nantes, 40 Mètres Cubes à Rennes, Cortex Athletico et ACDC à Bordeaux…).

Buy-Sellf aujourd’hui

A Bordeaux, la structure dirigée par Frédéric Latherrade se développe et élargit progressivement ses champs d’action (prestations, productions, commandes publiques, résidences à l’international, commissariats) ainsi que ses espaces de production. Hébergée à Bacalan à la Fabrique Pola, elle compte à ce jour 5 salariés et dispose de 250 m2 d’ateliers. Le programme de production donne lieu à de nombreuses réalisations et se concentre sur des formats d’exposition monographiques (Frédéric Plateus, Wilfrid Almendra, Anita Molinero, Vincent Kohler, Nicolas Milhé, Bruno Peinado…). Les expositions collectives, moins fréquentes, constituent cependant un exercice privilégié du groupe. Elles puisent des références et explorent des univers populaires, cristallisent un sentiment ambigü, entre la fascination pour les produits de la civilisation et la critique de son organisation implacable. En 2008, accueillie dans les décors prédisposés de la Villa Bernasconi à Genève, l’exposition « Série noire » s’inscrivait dans ce processus de réflexion en jouant des signes propres au roman noir. « Retour vers le futur », la proposition pour cette nouvelle programmation, se situe dans l’approfondissement de cette expérience de l’exposition. Construite autour de l’univers de la science-fiction, de l’anticipation, elle s’appuie volontairement sur des dispositifs de scénographie très marqués, transposant des effets ou des mécanismes propres aux cinémas de genre. A l’intérieur des espaces sombres des galeries du CAPC de Bordeaux, ville dans laquelle s’est écrite une grande partie de l’histoire du collectif, ce projet est également l’occasion de revenir sur plus de dix années d’activités et jeter les balises de leur devenir

.

No comments:

Post a Comment

Merci pour vos commentaires :) Thanks for your comment ;)