Wanafoto, Art & Imaging Blogzine - Webzine


Expositions, Art contemporain, Art moderne, Photographie, Design, Patrimoine, Architecture, Art vidéo, Films, l'image dans toutes ses dimensions, Publications

Art Exhibitions, Art Fairs, Visual Arts, Photography, Graphic Arts, Design, Video Art, Architecture, Films, Photo / Imaging Equipments, Publications


October 31, 2008

5th edition of the BMW- Paris Photo Prize

The theme for 2008 is “Never Stand Still”. The short-listed works will be on view during Paris Photo and the award ceremony itself will take place on Thursday, November 13, 2008.

Launched in 2003 to support contemporary photography, the BMW–Paris Photo Prize has become in less than five years an important landmark in the world of international photography.

A panel of prestigious international experts will select the winner of this 12,000 euros prize from among the living artists represented by Paris Photo 2008 participating galleries.

The 2008 Jury : Marta Gili (director of Jeu de Paume), Vicki Goldberg (writer and lecturer), Stephen Shore (artist), Nicolas Wertans (CEO of BMW France), Eric de Riedmatten (director of communication, BMW France), Anne Wilkes Tucker (curator, photography department, Houston Museum of Fine Arts), Michael Wilson (collector).

  • Venue: Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 75001 Paris, France
  • Opening hours: Thursday, 13 November from 11:00 am to 8:00 pm,
  • General admission: 15 €, 7.50 € for students and groups
  • Information: http://www.parisphoto.fr/

Paris Photo 2008 - A promising wind blows in from contemporary Asia

From November 13 to 16, 2008, Paris Photo, the world’s leading fair for 19th century, modern and contemporary photography, will bring together 107 exhibitors (86 galleries + 21 publishers) from 19 countries at the Carrousel du Louvre.
A deeply renewed selection
The 2008 selection will bring a profound change with a record number of first-time exhibitors (38%, or 31 new arrivals) and one of the highest rates of foreign participation (78% of exhibitors are non-French.) The largest contingent of exhibitors comes from the USA with 18 galleries, followed by France (17), Japan (14), Germany, Spain and the UK (7 each), Holland (3), Italy (3) and one representative for each of the following countries: Austria, Belgium, China, Denmark, Finland, Hungary, South-Africa, South-Korea. Australia and India will be making their first appearance at the fair (1 gallery each). While Asia will gain unprecedented exposure this year, the 2008 selection will also favour focussed exhibition projects: one-man shows for several major contemporary artists (Boris Mikhailov at Guido Costa, Martin Parr at Janet Borden, Dayanita Singh at Nature Morte, Alec Soth at Weinstein…) and thematic, museum-like hangings (“19th Century Sculpture Photographs” at Daniel Blau, « 40 British Calotypes » chez Robert Hershkowitz”, “The School of Chicago” at Stephen Daiter, “Theater and life” at Michael Stevenson…). The 2008 fair will showcase the works of some 500 international photographers and artists from all continents, offering the expected 40,000 visitors a panoramic view of fine art photography from its early days until now.
Spotlight on Japan : an exceptional overview of Japanese photography
For the first time, Paris Photo is looking towards the Far East and inviting Japan as its guest of honour. This coincides with growing international interest in Japanese photography. Photography has been one of the most intense and major areas of Japanese culture since it was first introduced in the country in 1848, towards the end of the Edo Period. With work by more than 130 artists, Paris Photo will offer an exceptional overview of a unique vision, from the Meiji era to 1930’s avant-garde movements and the post-war years through to the most contemporary production. To date, no exhibition in Europe has brought together such a large number of Japanese photographers. About thirty galleries in the General Sector will feature Japan’s great classic masters (Shoji Ueda, Ihei Kimura, Masahisa Fukase, Eikoh Hosoe, Shomei Tomastu) and contemporary artists (Hiroshi Sugimoto, Nobuyoshi Araki, Daido Moriyama, Naoya Hatakeyama). The Statement Section, comprising eight invited Japanese galleries, and the Project Room dedicated to video art will present the exciting work of a young generation of artists mainly born in the mid-sixties and the seventies. A publishers’ space will highlight the central role of photobooks on the Japanese photography scene. Paris Photo invited the independent curator and photography critic Mariko Takeuchi to curate “Spotlight on Japan”. Details
Dates: Thursday, 13 November– Sunday, 16 November, 2008 Opening by invitation only: Wednesday, 12 November, 7:00 pm – 10:00 pm Venue: Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 75001 Paris, France Opening hours: Thursday, 13 November from 11:00 am to 8:00 pm, Friday, 14November from 11:00 am to 9:00 pm, Saturday, 15 November from 11:00 am to 8:00 pm, Sunday, 16 November from 11:00 am to 7:00 pm General admission: 15 €, 7.50 € for students and groups Catalogue: 20 € Information: www.parisphoto.fr

RUBRIQUE - REFLEX NUMERIQUES

Liens vers les messages du blog sur les appareils reflex
Les LIENS vers les appareils figurent dans des SOUS-RUBRIQUES consacrées à chaque marque. Donc, pour accéder aux informations sur un reflex particulier, merci de clicker d'abord sur la MARQUE.
Les appareils reflex sont ici classés par marque (ordre alphabétique) et, pour chaque marque, par ordre alphabétique décroissant [corrections à faire].
Les appareils notés en nouveauté sont ceux qui sont sortie en 2008.

CANON

  • EOS-1Ds Mark III
  • EOS-1D Mark III
  • EOS 1000D Nouveauté
  • EOS 5D Mark III Nouveauté
  • EOS 5D
  • EOS 40D
  • EOS 450D Nouveauté
  • EOS 400D
  • EOS 30D
  • EOS 350D
  • EOS 300D
KODAK
LEICA
NIKON
  • D100
  • D200
  • D2H
  • D2Hs
  • D2X
  • D2Xs
  • D3
  • D300
  • D40
  • D40x
  • D50
  • D60
  • D70
  • D70s
  • D80

OLYMPUS

  • E-1
  • E-10
  • E-20P
  • E-3
  • E-300
  • E-330
  • E-400
  • E-410
  • E-420
  • E-500
  • E-510

PANASONIC

  • Lumix L1 / Lumix L1K
  • Lumix L10 / Lumix L10K
PHASE ONE
PENTAX
SAMSUNG
  • GX-20 Nouveauté
  • GX-10
  • GX-1S
  • GX-1L

SONY

  • A900 Nouveauté
  • A700 Nouveauté
  • A350 Nouveauté
A300 Nouveauté
  • A200
  • A100
  • Cette page est en phase de téléchargement :)

    [dernière mise à jour : 10.12.2008]

    October 30, 2008

    Jacques Prévert, Paris la Belle - Exposition et Livre

     

    Jacques Prévert, Paris la Belle

    Hôtel de Ville de Paris

    Jusqu'au 28 février 2009

     

    La Mairie de Paris présente l’exposition Jacques Prévert, Paris la belle. Cette très intéressante exposition fait état du lien étroit entre Prévert et Paris, depuis sa petite enfance dans le quartier du jardin du Luxembourg jusqu’à son statut d’icône de Saint-Germain-des-Prés.

    Amoureux de Paris, Jacques Prévert (1900-1977) n’a cessé de célébrer à sa manière son attachement à cette ville. Curieux de tous les arts, il a conté Paris avec le même talent en littérature, au théâtre, au cinéma, en poésie, en chanson, en dessin et en photographie…

    Cet éclectisme assumé, doublé d’un refus absolu de tout conformisme, fait de lui un électron libre génial de son siècle. Fondamentalement populaire et singulière, l’oeuvre de Jacques Prévert est à redécouvrir dans son intégralité. De sa jeunesse contestataire à son amitié avec Joan Miró, Alexander Calder ou Pablo Picasso, de son métier de scénariste à la complicité qu’il tisse avec de nombreux photographes, cette exposition, bâtie sur les archives personnelles du poète, révèle un homme dont l’esprit, plus de trente ans après sa disparition, reste d’une fraîcheur et d’une actualité sans conteste.

    L'exposition présente notamment une série de collages réalisés par Jacques Prévert. C'est de 1957 que date la première exposition de collages de Prévert. Dans de nombreux collages, la photographie est présente. Des photos représentant ses proches, lui-même, aussi, mais également des clichés réalisées par ses amis photographes tels que Brassaï, Robert Doisneau ou Willy Ronis. Jacques Prévert accompagne son livre Fatras, publié par Gallimard en 1966, de 57 images dont il est l'auteur. De même, Imaginaires (Editions Albert Skira, 1970) est illustré avec des reproductions en couleurs de collages de Jacques Prévert.

    Outre, Brassaï, Robert Doisneau et Willy Ronis, Jacque Prévert était proche de photographes tels que Eli Lotar, Dora Maar, Man Ray, Edouard Boubat, Peter Cornelius, Izis et André Villers. Jacques Prévert a travaillé avec ce dernier sur le livre Diurnes (Berggruen, 1962) qui est également issu d'une collaboration avec Pablo Picasso qui y publie des collages. L'année précédente était paru Couleur de Paris (Edita S. A., Lausanne, 1961) avec des photos de Peter Cornelius. Plus tôt, en 1945, c'est une photographie de Brassaï qui figure en couverture de Paroles (Editions Le Point du Jour). En 1950, paraît Des bêtes avec des clichés de la photographe Ylla (Camilla Koffler). De sa collaboration avec Izis provient Grand Bal du printemps (La Guilde du livre, Lausanne, 1951).

    L’exposition présente bien entendu Jacques Prévert scénariste. C’est en tant que tel qu’il s’est d’abord fait connaître dans les années 1930-1940. Et cela a commencé en famille avec L’Affaire est dans le sac (1932) dont le réalisateur est son frère, Pierre Prévert avec qui il travaillera sur deux autres films en 1943 et 1947. Le Quai des brumes, Les enfants du Paradis, deux films mythiques du cinéma parmi les sept chef d’oeuvres, réalisés par Marcel Carné avec des scénarios de Jacques Prévert.

    Dans le cadre de sa politique de valorisation des archives à des fins éducatives et culturelles, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) s'est associé à la Mairie de Paris pour cette exposition. Les fonds de l’Ina comprennent de très nombreux documents inédits que l’on retrouve notamment dans Jacques Prévert,  Paroles d’un insoumis. Ce documentaire produit par l’Ina est projeté en ouverture de cette exposition. Parmi les 220 000 photos numérisées, deux collections mémorables : les entretiens de Jacques Prévert avec Jean-Marie Drot pour « Les heures chaudes de Montparnasse » et les reportages sur Pierre et Jacques Prévert pendant le tournage de « Petit Claus et Grand Claus ». Enfin, un coffret de 4 CD thématiques (L'Enfance, L'Amour, La Musique, La Liberté), édité à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de l’artiste, est toujours disponible chez Frémeaux.

    LE LIVRE – CATALOGUE : Eugénie Bachelot Prévert et N. T. Binh, les deux commissaires de cette exposition, publient chez Flammarion, le livre-catalogue de celle-ci sous le même titre : Jacques Prévert, Paris la belle. La publication d'une version pour les plus jeunes est également prévue chez le même éditeur.

    Eugénie BACHELOT PREVERT : Petite-fille et unique ayant droit de Jacques Prévert, Eugénie Bachelot Prévert, peintre, (Beaux-Arts de Paris), s’attache depuis quelques années à faire vivre l’œuvre de son grand-père par la réédition de textes épuisés, la production de DVD et de CD.

    N. T. BINH : Journaliste, critique, enseignant de cinéma, réalisateur, N. T. Binh est membre du comité de rédaction de la revue Positif, sous le pseudonyme de  Yann Tobin. Auteur ou coauteur d’ouvrages sur Joseph L. Mankiewicz, Ernst Lubitsch, Ingmar Bergman, Claude Sautet, on lui doit le commissariat de l’exposition Paris au cinéma à l’Hôtel de Ville de Paris en 2006.

    Cette exposition est proposée par la Direction générale de l’information et de la communication de la Ville de Paris, Département des Grands Evénements, des Exposition et des Partenariats.

    JACQUES PREVERT, PARIS LA BELLE

    24 octobre 2008 - 28 février 2009

    Hôtel de Ville de Paris
    Salle Saint-Jean
    5, rue Lobau
    75004 Paris

    Exposition gratuite - Tous les jours sauf dimanches et jours fériés 10h - 19h

    October 29, 2008

    Panasonic lance le concours photo Lumix Award

    Panasonic donne le coup d’envoi du Lumix Award 2008 / 2009, son concours de photo numérique en ligne.

    Le concours Lumix Award 2008 / 2009 célèbre « La planète vivante »

    Paris, le 29 octobre 2008 – Panasonic annonce le lancement de son concours européen de photo en ligne, le Lumix Award 2008 / 2009. Créé en 2002, le Lumix Award a pour but de promouvoir la créativité en photographie numérique et de proposer une plateforme interactive pour que les passionnés de photos puissent partager leurs plus belles prises de vue. Le thème de cette année, « La planète vivante », invite les participants à soumettre des clichés représentant au mieux leur environnement et la manière dont ils le perçoivent.

    « Nous espérons que le Lumix Award va permette aux photographes de développer leur créativité et de montrer tous les aspects de notre planète » explique Sven Dabelstein, Senior Manager Product Marketing, Optical Products, Panasonic Marketing Europe.

    Un concours photo européen

    Le concours Lumix Award est lancé pour six mois, d’octobre 2008 à mars 2009. Chaque mois, un gagnant sera sélectionné et remportera un appareil photo numérique Panasonic Lumix DMC-FZ28. Le grand gagnant du concours Lumix Award – élu pour la toute meilleure photo du concours – se verra remettre un Lumix DMC-G1, le plus petit appareil photo numérique à objectifs interchangeables de Panasonic. Les deuxième et troisième lauréats recevront chacun un Lumix DMC-LX3. Toutes les photos soumises seront examinées et jugées par un jury indépendant composé de photographes professionnels et de directeurs artistiques.

    Le thème « La planète vivante » se veut en parfait accord avec l’engagement constant de Panasonic à préserver l’environnement.

    Pour plus d’informations sur le concours en ligne Lumix Award ou pour découvrir les photos en compétition, rendez-vous sur le site www.lumixaward.com

    A propos de Panasonic

    Panasonic est un des leaders mondiaux dans le développement et la production de produits électroniques pour un grand nombre de consommateurs, professionnels et d’industriels. Basée à Osaka au Japon, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires net consolidé de 90,7 milliards de dollars pour l’exercice clôturé au 31 mars 2008. La société est cotée sur les places boursières de Tokyo, Osaka, Nagoya et New York (NYSE :MC). Pour plus d’informations sur le groupe Matsushita et sur la marque Panasonic :

    www.panasonic.net

    Panasonic - Communiqué de presse - 29.10.2008

    Illustration (c) Panasonic

    WWF et Canon Europe : dix ans de partenariat

    CANON FRANCE - Communiqué de presse - 29.10.2008

    WWF et Canon Europe célèbrent leurs dix ans de partenariat
    Courbevoie, le 29 octobre 2008 : Canon Europe, leader mondial sur les marchés de la capture et du traitement de l'image et du document, ainsi que WWF, organisation mondiale de protection de a nature, célèbrent cette année leurs dix ans de collaboration en Europe. Cet anniversaire marque la volonté de Canon Europe de mettre en place de bonnes pratiques environnementales, d’éveiller la conscience écologique du public et de réunir des fonds pour la protection de la nature à travers le monde. Premier « Conservation Partner » de WWF depuis 1998, Canon Europe a plus particulièrement collaboré avec WWF dans la lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde d’espèces menacées d’extinction. Dans le cadre de ce partenariat, Canon Europe contribue au financement de missions de protection de la nature et à la sensibilisation du public par le biais d’actions de communication internes et externes.
    Ensemble, WWF et Canon Europe ont développé de nombreux programmes depuis 1998 :
    La galerie de photos WWF-Canon
    La galerie de photos a été l’un des premiers projets WWF-Canon. Lancé en 1999, il consistait à numériser la photothèque du WWF. Grâce au savoir-faire et à la technologie Canon, des milliers d’images ont ainsi été mises en ligne à la disposition du WWF et des photographes travaillant pour ou en faveur de l’organisation. Cette superbe collection de photographies, actualisée en 2007, est un précieux outil de communication et un moyen idéal de transmettre les messages du WWF.
    Le « bus panda » WWF-Canon
    Le « bus panda » WWF-Canon est une exposition itinérante lancée en 2000 et visant à sensibiliser les enfants à la protection de la nature. Entre avril et novembre 2000, le bus a fait étape dans 13 villes européennes telles que Copenhague, Dublin, Moscou, Oslo et Paris, et a accueilli au total plus de 20 000 visiteurs en Europe.
    Le programme PAN Parks (Protected Area Network) Canon-WWF
    Depuis 2003, ce programme permet à des collaborateurs de Canon en Europe d’acquérir une expérience concrète de la protection de la nature en participant à des initiatives d’entretien de zones protégées. Dans le cadre de ce programme, WWF a créé un réseau de huit parcs agréés « PAN Parks » en Europe afin de protéger la faune sauvage. Le programme vise également à sensibiliser le public aux enjeux environnementaux et donne l’occasion aux participants soucieux de l’environnement d’échanger des idées avec leurs collègues européens.
    Le programme WWF-Canon de suivi d’ours polaires
    En 2007, le soutien de Canon Europe a permis d’équiper deux ours polaires de colliersémetteurs dans l’archipel arctique de Svalbard. Les scientifiques du WWF peuvent ainsi suivre par satellite le déplacement de ces animaux menacés de disparition en raison du réchauffement de la banquise. En parallèle, un microsite dédié aux enfants de 7 à 11 ans a été mis en place par Canon et WWF sur ce programme de suivi d’ours polaires, sous forme de jeux éducatifs et de fiches documentaires, l’objectif étant d’inciter les enfants à contribuer à la préservation de l’environnement au quotidien. Avec plus de 35 millions de visiteurs depuis son lancement, ce site web est devenu le microsite le plus populaire du WWF. Il a par ailleurs été enrichi en 2008 de supports interactifs aussi instructifs pour les enfants que pour les parents et les enseignants.
    " La collaboration de Canon Europe avec WWF est un exemple sans précédent de la façon dont une entreprise peut utiliser son savoir-faire pour contribuer considérablement et durablement à une initiative mondiale de protection de la nature", affirme James Leape, Directeur Général du WWF International. " Nous sommes ravis des résultats de ce partenariat et nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration avec Canon. "
    Selon James Leipnik, Directeur de la Communication et des Relations Institutionnelles de Canon Europe, Moyen-Orient et Afrique, " Canon Europe reconnaît son rôle et sa responsabilité sur les questions environnementales, et tous nos collaborateurs sont conscients de la nécessité de lutter contre le changement climatique et les autres problèmes environnementaux. Le partenariat que nous entretenons de longue date avec WWF nous remplit de fierté. Non seulement il démontre notre engagement en faveur de la protection de la nature, mais il contribue aussi activement aux initiatives du WWF pour l’arrêt et, espérons-le, l’inversion du processus de dégradation de l’environnement naturel de notre planète. "
    Canon France soutient les programmes WWF-France
    Canon France fait vivre depuis 2000 son partenariat avec WWF-France en menant, au travers de son activité REConditionnement sur certaines gammes de produits, des actions de collecte de fonds en faveur de la préservation de l'environnement.
    En 2008, Canon France apporte ainsi son soutien au programme "Pour une Loire vivante" de WWF-France en reversant à l’organisation, au nom de chaque client, un don allant de 22 à 105 euros pour tout achat d'un produit de 2ème génération*. Le client voit également son geste récompensé par l'offre d'une peluche WWF.
    La campagne menée par Canon France en 2007 sur les forêts sèches de Nouvelle Calédonie avait déjà permis de remettre au WWF-France un don de 39 000 euros.
    C’est plus de 200 000 euros qui ont été reversés au total par Canon France au WWF-France grâce à ces programmes menés chaque année en faveur de la protection de l’environnement.
    Daisy Tarrier, chargée des Partenariats Stratégiques au sein du WWF-France, témoigne : " Nous nous réjouissons de mener depuis 8 ans avec Canon France des opérations de collecte de fond au profit de nos différents programmes. Nous nous investissons sur la Loire depuis plus de 15 ans, et il est pour nous essentiel de pouvoir continuer le travail accompli afin de ne pas perdre les acquis et poursuivre nos avancées. Par ailleurs, l'activité "Produits REConditionnés" de Canon France est tout à fait en phase avec les valeurs et les objectifs poursuivis par WWF, à savoir limiter la surconsommation, utiliser durablement les ressources naturelles renouvelables et passer du « Jetable » au « Durable ». "
    * Ces équipements de 2ème génération (issus de prêts de longue durée, de fin de financement, de retours d’essais, d’expositions ou de matériels utilisés pour la formation commerciale Canon) sont entièrement reconditionnés au standard du matériel neuf. Ils bénéficient ainsi d’une seconde vie.

    Firmware Update for Olympus Zuiko Lens ED 40-150mm F4.0-5.6

    Olympus releases new firmware update for the Zuiko Lens ED 40-150mm F4.0-5.6. Firmware version 1.3 ensures compatibility when used with the Panasonic Lumix DMC-G1 digital camera.

    Firmware Update for Olympus Zuiko Lens ED 35-100mm F2.0

    Olympus releases new firmware update for the Zuiko Lens ED 35-100mm F2.0. Firmware version 1.2 ensures compatibility when used with the Panasonic Lumix DMC-G1 digital camera.

    Firmware Update for Olympus Zuiko Lens 14-42mm F3.5-5.6

    Olympus releases new firmware update for the Zuiko Lens 14-42mm F3.5-5.6. Firmware version 1.3 ensures compatibility when used with the Panasonic Lumix DMC-G1 digital camera.

    Firmware Update for Olympus Zuiko Lens 35mm F3.5 Macro

    Olympus releases new firmware update for the Zuiko Lens 35mm F3.5 Macro. Firmware version 1.2 ensures compatibility when used with the Panasonic Lumix DMC-G1 digital camera.
    www.olympusamerica.com

    Firmware Update for Olympus Zuiko Lens 25mm F2.8

    Olympus releases new firmware update for the Zuiko Lens 25mm F2.8. Firmware version 1.2 ensures compatibility when used with the Panasonic Lumix DMC-G1 digital camera.

    October 27, 2008

    Canon dans le classement Best Global Brands 2008

    Canon 36ème dans le classement « Best Global Brands 2008 » de Business Week
    Canon - Communiqué de presse - 27.10.2008
    Courbevoie, le 27 octobre 2008 : Canon conserve sa 36ème place dans le classement des 100 plus grandes marques mondiales établi par Business Week. Pour la deuxième année consécutive, Canon, leader mondial sur les marchés de la capture et du traitement de l’image et du document, conserve la 36ème place du classement « Best Global Brands 2008 » de Business Week, correspondant au palmarès annuel des 100 plus grandes marques mondiales. Cette étude a été évaluée de manière indépendante par Interbrand. Le classement « Best Global Brands » réunit les 100 marques ayant réussi à réaliser et maintenir de bons résultats à l’échelle mondiale sur leurs marchés par ailleurs très concurrentiels. Pour se qualifier, chaque marque doit réaliser au moins un tiers de ses bénéfices hors de son pays d’origine, bénéficier d'une reconnaissance allant au-delà de sa clientèle et rendre publiques ses données commerciales et financières.
    La valeur de la marque Canon est estimée à près de 11 milliards de dollars (10 876 millions $), soit une progression de 3 % par rapport à 2007, ce qui permet à l’entreprise de conserver sa 36ème place en 2008. Le rapport souligne les excellents résultats commerciaux de Canon, et ce en dépit d’un climat économique difficile et d’une très forte concurrence. Le rapport reconnaît par ailleurs les efforts déployés par Canon en termes de responsabilité environnementale.
    Pour James Leipnik, Directeur de la Communication et des Relations Institutionnelles de Canon Europe, Moyen-Orient et Afrique, « Canon est une marque prospère et les résultats de ce classement démontrent notre engagement à délivrer à nos clients des solutions de la plus haute qualité sur la chaîne de l’image et du document. Nous plaçons l’innovation et la satisfaction Client au cœur de toutes nos actions et il est donc très gratifiant d’être une nouvelle fois reconnu comme une grande marque mondiale. »
    Chaque marque est classée en fonction de sa valeur, calculée à partir du pourcentage du chiffre d’affaires généré qui lui est attribué, et d'un profil risque de ses bénéfices à venir, basé sur sa position de leader sur le marché, sa stabilité et son rayonnement international.

    Agfa Graphics :Azura TS Digital Plate

    Agfa Graphics :Azura TS digital plate, the latest commercial chemistry-free plate in the Agfa portfolio, is making is North America debut at Graph Expo 2008, which runs October 26th through October 29th at McCormick Place in Chicago, Illinois. :Azura TS builds on the success of the original :Azura by combining an environmentally-friendly clean-out with a more sensitive coating, resulting in significantly higher throughput on thermal platesetters, including the new :Avalon N range of CtP systems. :Azura TS uses Agfa's patented ThermoFuseTM technology, which physically bonds images to the plate without any chemical processing. Unlike regular thermal plates, :Azura TS uses a simple gumming process in a clean-out unit (COU) that makes the plates press-ready without the need for chemical processing, rinsing and gumming. Liquid consumption and waste in such COUs are considerably reduced and no chemical controls are needed. :Azura C95 and C125 COUs have low energy requirements and small footprints, providing further benefits for the low-to-medium-volume commercial printers who adopt the system. :Azura users at more than 2000 installations around the world already benefit from one of the simplest, most reliable and predictable CtP technologies ever developed. The :Azura TS takes those advantages several steps further. The plate is FM capable and rated for press runs of about 100,000 impressions (subject to press conditions). It is fully compatible with a broad range of standard press founts and inks.

    Galerie Jaeger Bucher Paris Nouvel espace d’exposition dans le Marais

    La Galerie Jeanne Bucher a ouvert son nouvel espace dans le quartier historique et novateur du Marais. Fondée en 1925 par Jeanne Bucher rue du Cherche-Midi, la galerie se situe dans un climat d’avant-garde en exposant les grands créateurs de l’art moderne : Arp, Braque, Campigli, De Chirico, Max Ernst, Giacometti, Gris, Kandinsky, Paul Klee, Lapicque, Laurens, Fernand Léger, Lipchitz, André Masson, Miro, Mondrian, Picabia, Picasso, Tanguy et Torres-Garcia. Son destin se poursuit en 1947 sous la direction de Jean-François Jaeger qui déménage la galerie, en 1960, à son adresse historique actuelle et développe son activité avec des représentations directes d’artistes des années 1950 et 1960, dont: Bissière, Dubuffet, Jorn, Nevelson, Reichel, Staël, Tobey, Vieira da Silva avec quelques expositions mémorables d’art primitif dans les années 60. Elle est rejointe en 2003 par ses enfants Frédéric et Véronique qui poursuivent durant 4 années ce travail en famille.

    Aujourd’hui, alors que Frédéric Jaeger se sent plus enclin à la conservation d’un patrimoine et souhaite s’ouvrir aux arts primitifs, Véronique Jaeger poursuit l’aventure de la galerie « dans son esprit de découverte et de recherche d’origine ». Elle confirme cette orientation en s’installant dans le Marais et en ouvrant un nouveau lieu capable d’offrir aux artistes internationaux pour lesquels elle s’engage, des conditions d’exposition exceptionnelles.

    La Galerie Jaeger Bucher, dénommée ainsi en vue d’assimiler les deux identités de son histoire et de l’actualiser, s’installe au 5 & 7 rue de Saintonge dans deux locaux de 600m2 au total, repensés par l’architecte Dominique Perrault dont les travaux ont été mis en œuvre par l’agence Uaps.

    Exposition inaugurale : Expansion - Résonance Michael Biberstein, Zarina Hashmi, Rui Moreira, Hanns Schimansky, Susumu Shingu, Pat Steir, Fabienne Verdier, Paul Wallach,Yang Jiechang en dialogue avec les figures tutélaires de la Galerie Jeanne-Bucher 
    20 Octobre 2008 – 20 décembre 2008

    L’exposition inaugurale EXPANSION-RESONANCE entend donner le ton des questions qui animent la Galerie Jaeger Bucher. Elle  réunit autour des questions d’espace et de temps, dans un dialogue avec des « figures tutélaires » de la Galerie Jeanne Bucher, des sculptures Maya, Sépik, Olmèque, Dogon, et des œuvres de Giacometti, Kandinsky, Klee, Léger, Masson, Miro, Ernst, Tobey, Bissière, Staël, Vieira da Silva, Szenes et Dubuffet,  et à travers une œuvre choisie, le travail des neuf artistes internationaux qui feront chacun l’objet d’une exposition personnelle en 2009 et 2010 : le peintre suisse américain Michael Biberstein, la graveur-sculpteur indienne Zarina Hashmi, le dessinateur portugais Rui Moreira, le dessinateur allemand Hanns Schimansky, le sculpteur japonais Susumu Shingu, la peintre américaine Pat Steir, la peintre française Fabienne Verdier, le sculpteur américain Paul Wallach, l’artiste chinois Yang Jiechang.

    Publication du catalogue d’exposition en novembre 2008.

    Galerie Jaeger Bucher 5 & 7 rue de Saintonge - 75003 Paris
    www.galeriejaegerbucher.com

    :Anapurna XLS at Graph Expo 2008

    The Agfa Graphics :Anapurna XLS is making its North America debut at Graph Expo 2008, which runs October 26th through October 29th at McCormick Place in Chicago, Illinois. Agfa's :Anapurna XLS is a wide format, industrial inkjet printer for indoor and outdoor signs and displays, specially designed to handle heavy workloads. It uses UV inks that produce highly saturated colors that can withstand image longevity under severe outdoor conditions. It can print on a wide variety of roll or rigid media at a top speed of 473 square feet per hour. Capable of printing point-of-purchase displays, posters, banners, automobile fleet displays, exhibition panels, stage graphics and construction signs and panels, the :Anapurna XLS also has several features that many printers of indoor and outdoor signs and displays often require for effective advertising, promotion and efficient workflow, such as borderless printing, dual board printing, automatic maintenance and automatic ink refill. The XLS features a Walking Floor. Materials are mounted to the Walking Floor's vacuums and unique stamper-feet hold the materials in place while the print shuttle moves across the surface. The Walking Floor also allows for a lower waste factor making more of the substrate usable for printing. Agfa's stamper-feet design makes switching from roll-to-roll to rigid very easy and beneficial for increased productivity. The Media Scan function automatically recognizes media size, thickness and position on the printing table. All defined parameters are displayed in a graphical user interface and they can be overruled by the engine operator.

    October 26, 2008

    Taskero Universe 2.0 with IntelliTrax 1.5

    Fujifilm and X-Rite's partnership comes to fruition with immediate availability of Taskero Universe 2.0 with IntelliTrax 1.5

    Fujifilm Graphic Systems and X-Rite have come together to bring the power of Taskero Universe 2.0 – a suite of performance analysis and monitoring tools – from the prepress area and into the pressroom. Available immediately, the powerful solution combines the strength of X-Rite's IntelliTrax 1.5 – the industry's fastest, automated color measurement system for press-side color control – with Taskero Universe's enterprise capabilities.

    X-Rite's ultra-fast IntelliTrax automated color measurement system automatically scans the color bar of a typical press sheet in seconds and immediately sends the data to the Taskero Universe 2.0 web site for verification and analysis. The integration of the two technologies creates a much needed solution for the printing market that enables users to monitor hardware performance from prepress through to the pressroom, while getting real-time color measurement and aggregation of the entire press run, live on the web, at the user or management's fingertips.

    For further information : http://www.xrite.com/

    Printmaking Processes Exhibition at the Gibbes Museum of Art

    The Gibbes Museum of Art > Charleston > South Carolina > US Art exhibition 
    Printmaking > Art exhibition

    Printmaking. Drawn from the Gibbes permanent collection
    The Gibbes Museum of Art, Charleston, South Carolina
    November 14, 2008 - April 26, 2009

    The Gibbes Museum of Art will showcase an exhibition entitled Printmaking. Drawn from the Gibbes permanent collection. This exhibition will explore various printmaking processes from the nineteenth century through the present.
    Though printmaking technology was developed in China as early as the second century AD, it did not appear in Europe until approximately 1400. Therefore, images were rare in the Western world prior to the fifteenth century, as each one had to be created by hand. Printmaking technology allowed for hundreds or even thousands of images to be created from a single carved block of wood or plate of metal. This revolutionized the distribution of images as printmaking began to flourish in Europe during the fifteenth century.
    During the colonial and early national periods, American printmakers primarily utilized the medium to copy paintings and distribute images of historical events, famous battles, and portraits. American interest in the printmaking medium as an independent art form developed during the nineteenth century, led by artists such as John James Audubon, Mary Cassatt, Winslow Homer and James A. M. Whistler.
    The collection of the Gibbes Museum of Art contains over three thousand works on paper, including prints created using a variety of techniques. This exhibition explores the breadth of the print collection, while focusing on the specific printmaking processes used to create the works. To help make connections between technique and the finished product, this installation pairs prints with rarely exhibited plates, blocks, and printmaking tools from the museum archives. Artists in the Printmaking exhibition include Alfred Hutty, Jasper Johns, Roy Lichtenstein, Alice Ravenel Huger Smith and James A. M. Whistler.
    The Printmaking exhibition is a prelude to the upcoming exhibition in the Rotunda Gallery: The American Scene on Paper: Prints and Drawings from the Schoen Collection. That exhibition will run from December 19 through March 22, 2009 and will feature 50 prints from the era between the Great Depression and World War II.

    GIBBES MUSEUM OF ART
    135 Meeting Street
    Charleston, South Carolina 29401
    Previous exhibitions at the Gibbes
    Rodin: In His Own Words, Selections from the Iris & B. Gerald Cantor Foundation
    Lorna Simpson
    William Christenberry: Photographs, 1961 - 2005
    Southern Masterpieces: Charleston before 1835
    Like Tears in Rain
    Now!
    "A Lonely Soul": The Art of Edward Jennings
    Otto Neumann: Modern Expressions
    The Charleston Renaissance: An Artistic Reawakening

    Elliot Landy, Woodstock. Album des 40 ans

    Livre : Elliot Landy, Woodstock, 1969 le premier festival. L'album des 40 ans, Fetjaine, 2008, 140 p.
    Date de publication : octobre 2008
    Pour le 40 ème anniversaire du plus grand festival rock de tous les temps, un album à découvrir aux Editions Fetjaine, qui dresse le portrait de la génération hippie avec les photos d’Eliot Landy, photographe officiel du festival.Détail clin d'œil : grâce à une encre spéciale, un livre qui sent l’herbe.Jimi Hendrix, Janis Joplin, Santana, The Who, Creedence Clearwater Revival, Crosby, Stills, Nash and Young, Joe Cocker, Sly and the Family Stone... et 450 000 spectateurs, rassemblés du 15 au 18 août 1969 pour "trois jours de paix, d'amour et de musique". Qui dit mieux ?
    Illustré de plus de 200 photographies et de nombreux témoignages, cet album extraordinaire rend hommage, 40 ans après, au plus grand festival pop de tous les temps.
    L'auteur
    Photographe officiel du festival de Woodstock, Elliot Landy est né en 1942. Il a publié de nombreux ouvrages photographiques aux Etats-Unis rassemblant ses clichés de stars du rock comme Hendrix ou Jim Morrison. Il vit aujourd'hui... à Woodstock.
    Extraits des témoignages publiés dans ce livre
    "Il régnait une atmosphère vraiment spéciale, on le sentait dès l'autoroute, on le sentait sur des kilomètres et des kilomètres. Tant d'énergie positive en un seul endroit, c'était vraiment impressionnant."
    "Pendant trois jours et trois nuits, les centaines de milliers de personnes qui ont envahi les terres de Max ont pu rire, partager leurs expériences, se faire arroser, partager d'autres expériences, écouter, dormir, manger, bavarder, chanter et partager encore. Sans le moindre acte de violence physique, ils montrèrent au monde de quoi était faite leur génération et ce que voulaient vraiment dire paix, amour et musique."
    "Woodstock, c'était tous ces gens les uns à côté des autres, le partage, l'attention. Nous avons montré ce que pourrait être l'existence. Nous avions créé la génération Woodstock."
    (c) 2008 - Editions Fetjaine/Elliot Landy

    October 25, 2008

    Afghanistan or The Perils of Freedom Photographs by Stephen Dupont

    Contemporary Life in Afghanistan Placed in Stark Focus in Photography Exhibition at The New York Public Library

    A man cycling past the ruins of the Buddhas of Bamiyan, September 2005. © The New York Public Library, The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, Art and Architecture Collection. Photo: Stephen Dupont, "Bamiyan", 2005.

    U.S. Marines, 2nd Battalion, Echo Company on weapons search in Asadabad, August 2005. © The New York Public Library, The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, Art and Architecture Collection. Photo: Stephen Dupont, "Searching for Weapons," 2005.

    With his discerning eye, unreserved bravado, and profound capacity for compassion, photographer Stephen Dupont plunges us deep into the heart of modern life in one of the world’s most forlorn and austere countries, Afghanistan. The barren beauty of its harsh landscape and sure tenacity of its people are juxtaposed here against the grief and terror that permeate everyday life.

    Stephen Dupont is an award-winning photojournalist, documentary filmmaker, and war correspondent. He is internationally recognized for his work in some of the world’s most dangerous areas, including Afghanistan, Burma, Cambodia, Iraq, Papua New Guinea, Rwanda, Somalia, and Zaire.

    This exhibition, featuring photographs of Afghanistan from two portfolios recently acquired for the Library’s Photography Collection, is his first solo show in New York. Excerpts from two of Dupont's films, A Survivor's Tale and Stoned in Kabul, will be shown continuously in the Library’s South Court Visitor's Auditorium (first floor).

    "Dupont’s sustained documentation of the conflict in Afghanistan, even when it was not headline news and in an age defined by its short attention span, lends both force and cohesion to his work,” says Stephen Pinson, Assistant Director of Art, Prints and Photographs and Curator of Photography at The New York Public Library. “His extended focus on the country has resulted in a series of images that vividly depict how life continues during perpetual war as well as single images that have helped to define and change the nature of that war.”

    The exhibition features selected photographs from Dupont’s work in Afghanistan, where he has covered everything from civil war and the rise of the Taliban in the 1990s to the launch of Operation Enduring Freedom and the ongoing war on terrorism. These evocative images detail daily life: the men exercising in a dilapidated gymnasium in Kabul; the four women shrouded head to toe in their burqas awaiting medical consultations; the silhouette of a man cycling past the haunting ruins of the Buddhas of Bamiyan; and the young mujahid amputee in front of a bullet-ridden wall. Darker images punctuate the exhibition as well: a 4-month old child, her entire body burned, being carried in a U.S. Military Base Hospital; a woman and young girl crouching frightened as soldiers search their home; two young men shooting heroin in Kabul; and burning bodies of Taliban fighters.

    Also included are photographs from the series Axe Me Biggie, a phonetic rendering of the Dari for “Mister, take my picture!” Dupont made these portraits during the course of one day (March 13, 2006) with a Polaroid camera in a makeshift studio in the streets of Kabul. While the primary subjects of the portraits are the sitters, the street life behind the sitters gives the photographs an added degree of stirring brio. One can almost feel the heat and hum of the crowd pushing towards the camera and its cameraman. It is through these images that the indomitable Afghan spirit Dupont so admires comes through acutely: a man with a bouquet of flowers and his knapsack staring mystified into the camera as bystanders behind him do the same; an older man in traditional dress looking scholarly and grandfatherly; the reluctant gaze of the young girl delicately holding a carton of eggs, and a gentleman in a suit jacket and button-up shirt, who looks nothing if not regal, intensely courting the camera.

    Together, these photographs tell a poignant story of poverty, warfare, and broken promises, but also of perseverance, unmitigated resolve, and hope, as they refocus attention on the state of Afghanistan today.

    About Stephen Dupont

    Stephen Dupont was born in Sydney, Australia in 1967.

    His work has been featured in The New Yorker, Newsweek, GQ, The New York Times Magazine, and Vanity Fair, among numerous other publications.

    He has earned many of photography’s most prestigious prizes, including a Robert Capa Gold Medal citation from the Overseas Press Club of America; a Bayeux War Correspondent’s Prize; and first places in the World Press Photo contest, Pictures of the Year International competition, the Australian Walkley Award, and the Leica/CCP Documentary Photography Award.

    In 2007, he was awarded the W. Eugene Smith Grant in Humanitarian Photography to continue Narcostan or The Perils of Freedom, a multimedia project documenting the effects of the rampant drug trafficking that has developed in Afghanistan since 2001.

    In April of 2008, he survived a suicide bombing while traveling with an opium poppy eradication team in Kabul.

    About The Photography Collection

    The Photography Collection of The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs comprises approximately 400,000 photographs, including examples of almost every photographic process from the earliest daguerreotypes to contemporary digital images.

    The Photography Collection was developed in 1980 when images culled from other NYPL departments and branches were brought together to form a new division. The historically stated focus of the collection has been “documentary photography,” a term originally coined in the 1930s to describe the work of photographers who attempted to document specific social conditions. The Photography Collection, which has significant holdings in this area, actually encompasses a much broader range of the medium, including images made for commercial, industrial, and scientific application as well as images for the press and other print media, the vernacular of amateur snapshot photography, and original works intended for exhibition and/or the art market.

    For more information on the Photography Collection, visit www.nypl.org/news/treasures for a video about the collection.

    Afghanistan, or The Perils of Freedom: Photographs by Stephen Dupont will be on view from November 7, 2008 through January 25, 2009 in the Stokes Gallery (third floor) at The New York Public Library’s Humanities and Social Sciences Library, located at Fifth Avenue and 42nd Street in Manhattan. Exhibition hours are Monday, 11 a.m. to 6 p.m.; Tuesday and Wednesday, 11 a.m. to 7:30 p.m.; Thursday through Saturday, 11 a.m. to 6 p.m.; Sunday, 1 p.m. to 5 p.m. Closed all federal holidays and Sunday, Dec. 7. Admission is free.

    For more information, visit www.nypl.org

    This exhibition has been made possible by the continuing generosity of Miriam and Ira D. Wallach. Support for The New York Public Library’s Exhibitions Program has been provided by Celeste Bartos, Mahnaz Ispahani and Adam Bartos, Jonathan Altman, and Sue and Edgar Wachenheim III.

    About The New York Public Library - The New York Public Library was created in 1895 with the consolidation of the private libraries of John Jacob Astor and James Lenox with the Samuel Jones Tilden Trust. The Library provides free and open access to its physical and electronic collections and information, as well as to its services. It comprises four research centers – the Humanities and Social Sciences Library, The New York Public Library for the Performing Arts, the Schomburg Center for Research in Black Culture, and the Science, Industry and Business Library – and 87 branch libraries in the Bronx, Manhattan, and Staten Island. Research and circulating collections combined total more than 50 million items. In addition, each year the Library presents thousands of exhibitions and public programs, which include classes in technology, literacy, and English as a second language. The New York Public Library serves over 16 million patrons who come through its doors annually and another 25 million users internationally, who access collections and services through its website, www.nypl.org

    Nikon D300 en pratique, un livre de Laurent Thion

    Laurent Thion, Nikon D300 en pratique, First Editions, 2008, 352 p.
    A paraître, le 30 octobre 2008 - Prix : 25 €
    Le Livre

    Ce guide du D300 propose :

    • une description complète du système D300 : capteur, sensibilité, système autofocus, écran ACL
    • une description de fonctions innovantes
    • des situations réelles de prise de vues, afin de montrer de quelle manière on exploite et configure les différentes fonctions de l’appareil : photos de studio, photo d’extérieur et d’intérieur sur pied, macros, sujets en mouvement, photos au flash, paysages, photos de nuit
    • une carte détachable en 3 volets avec : résumé visuel des fonctions clés + menus personnalisés + gamme de couleurs + charte de gris (pour régler précisément la balance des blancs et la saturation des photographies numériques).

    L'auteur

    Photographe professionnel, Laurent THION est diplômé de l’École Estienne et a travaillé plus de 20 ans dans le domaine de la photogravure et du traitement électronique de l’image

    October 24, 2008

    Expo Repartir à zéro MBA Lyon

    1945-1949 Repartir à zéro, comme si la peinture n’avait jamais existé
    Musée des Beaux-Arts de Lyon
    24 octobre 2008 - 2 février 2009

    Cette grande exposition est consacrée à l’art de l’après seconde guerre mondiale, en Europe et en Amérique du nord. La période retenue est celle de l’immédiat après-guerre, qui va de 1945 jusqu’à la guerre froide (1945-1950). Ce qui rassemble les artistes d’un monde occidental provisoirement réuni, pendant ce bref moment, est le sentiment  de devoir repartir à zéro, de refonder un art débarrassé des idéologies qui avaient accompagné la  création artistique depuis le début du XXe siècle.

    La destruction de régions entières, la mort de dizaines de millions d’êtres humains, la découverte des camps de concentration nazis remplis de cadavres – morts ou vivants, l’explosion de deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Les expériences traumatiques constituent, au sortir de la seconde guerre mondiale, le point de départ à partir duquel nombre d’artistes, de part et d’autre de l’Atlantique quoique avec des accents différents, envisagent désormais la création. Ils en tirent la conclusion qu’il ne saurait y avoir d’autre méthode désormais que de « repartir à zéro, de faire comme si l’art n’avait jamais existé », pour reprendre la formule explicite du peintre américain Barnett Newman.

    Pendant quelques années, entre 1945 et 1950, jusqu’à ce que triomphe la guerre froide et qu’apparaissent à nouveau des divisions infranchissables au sein du monde de l’art comme dans le reste de la société, une situation d’ouverture et de générosité a été créée par ces sentiments mêlés d’urgence et de perdition, de possible renouveau radical et de perte brutale du passé. Hommes et femmes ont échangé idées, œuvres, et méthodes dans un paysage artistique à la fois libre et très diversifié. C’est ainsi que, en Amérique comme  en Europe, se sont multipliées les pratiques expérimentales marquées par le primitivisme et l’automatisme, en particulier en peinture mais aussi en sculpture ou en photographie. 

    Commissariat de l’exposition
    Eric de Chassey,  professeur à l’Université François-Rabelais de Tours, membre de l’Institut universitaire de France.
    Sylvie Ramond, conservateur en chef du patrimoine, directeur du Musée des Beaux-Arts.

    Liste des artistes présentés dans cette exposition

    Peintres
    Atlan (FR)
    Willi Baumeister (D)
    Marian Bogusz (PL)
    Paul-Émile Borduas (CAN)
    Carl Buchheister (D)
    Alberto Burri (IT)
    Peter Busa (US)
    Constant (NL)
    Olivier Debré (FR)
    Richard Diebenkorn (US)
    James Budd Dixon (US)
    Enrico Donati (IT/US)
    Jean Dubuffet (FR)
    Jean Fautrier (FR)
    Lucio Fontana (IT)
    Sam Francis (US)
    Arshile Gorky (ARM/US)
    Hans Hartung (D/FR)
    Hans Hofmann (US)
    Josef Istler (CZ)
    Asger Jorn (DK)
    Gerome Kamrowski (US)
    Franz Kline (US)
    Willem de Kooning (US)
    Lee Krasner (US)
    Franz Krauze (D)
    Frank Lobdell (US)
    Jerzy Malina (PL)
    Georges Mathieu (FR)
    Knud Merrild (US)
    Henri Michaux (FR)
    Robert Motherwell (US)
    Barnett Newman (US)
    Alfonso Ossorio (PH/US)
    Francis Picabia (CUB/FR)
    Serge Poliakoff (R/FR)
    Jackson Pollock (US)
    Jean-Paul Riopelle (CAN)
    Endre Rozsda (HUN)
    Mark Rothko (US)
    Antonio Saura (ES)
    Gérard Schneider (FR)
    Charles Seliger (US)
    Sal Sirugo (US)
    Jerzy Skarzynski (PL)
    Pierre Soulages (FR)
    Nicolas de Staël (FR)
    Clyfford Still (US)
    Wladyslaw Strzeminski(PL)
    Antoni Tapies (ES)
    Bram van Velde (NL/FR)
    Wols (D/FR)
    Andrzej Wroblewski (PL)

    Photographes
    Chargesheimer (D)
    Zbigniew Dlubak (PL)
    Milos Korecek (CZ)
    Fortunata Obrapalska (PL)
    Vilem Reichmann (CZ)
    Leonard Sempolinski (PL)
    Aaron Siskind (US)
    Antonio Saura (ES)

    Sculpteurs
    Seymour Lipton (US)
    Sante Monachesi (IT)
    Germaine Richier (FR)
    David Smith (US)

    Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le Ministère de la culture et de la communication / Direction des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat.
    Elle a été réalisée avec le concours de FRAME (French Régional and American Museum Exchange), Terra Foundation for American Art, The Annenberg Foundation.
    Cette exposition a également bénéficié du mécénat du CIC Lyonnaise de Banque et de Grant Thornton.

    Musée des Beaux-Arts de Lyon
    20, place des Terreaux
    69001 Lyon
    www.mba-lyon.fr

    APPAREILS PHOTOS COMPACTS NIKON

    Liens vers les différents messages du blog sur les appareils photo compacts Nikon

    COOLPIX Série S

    COOLPIX Série P

    COOLPIX Série L

    • L18
    • L16

    Anciens compacts

    Dernière mise à jour : 04.11.2008 - Merci de votre visite sur mon blog Wanafoto :)

    October 23, 2008

    X-Rite i1Prism Color Management SDK

    Allows third party developers to build high-quality ICC profiles with options such as iterative profiling, advanced color separation, black generation and Optical Brightener Compensation technologies

    i1Prism SDK features several unique key features including: X-Rite's groundbreaking Optical Brighter Compensation methodology, advanced controls for color separation and black generation, and X-Rite's unique iterative profiling technology.

    With X-Rite's groundbreaking Optical Brightener Compensation technology, offered as a core element of the new i1Prism SDK, OEM developers will be able to build solutions that effectively and precisely compensate for color shifts in ICC output profiles typically caused by Optical Brightening Agents (OBAs) in papers and other printing substrates. This results in prints with an improved visual match and reduces undesirable color casts caused by fluorescence.

    Thanks to X-Rite's unique iterative profiling technology, developers using the i1Prism SDK will be able to create solutions that require significantly fewer color patches to build highly accurate printer profiles. Small test charts with as few as 50 color patches can be used. The profiling engine offers the flexibility to optimize an ICC profile for specific spot colors or images, resulting in high image quality.

    i1Prism also offers advanced controls for separation and black generation, allowing greater flexibility when building profiles and providing a high degree of control to the user when building their profiles.

    While traditionally ICC profiles are built so that the output will be viewed on D50 illumination, the new i1Prism SDK is designed to optimize the ICC profiles for different viewing conditions including daylight, tungsten, fluorescent lighting, and more.

    i1Prism SDK licenses are available for both Mac and Windows. The new SDK features multilingual support for global deployment, clear documentation, sample code and a sample application making it straightforward for providers of prepress and pressroom solutions to integrate high quality ICC profiling into their applications.

    For more information: www.xrite.com.

    Imprimante OKI C710N C710DN C710DTN et C710CDTN

    Avec une qualité et une rapidité d’impression en monochrome comme en couleur, la nouvelle C710 d’OKI Printing Solutions réunit en une seule solution, les caractéristiques aujourd’hui recherchées par les PME et les groupes de travail concernant leurs solutions d’impression : fiabilité garantie, technologie éprouvée, qualité de rendu professionnelle, sécurité et contrôle des coûts, flexibilité dans le choix du support d’impression et un format ultra-compact. Un format ultra compact.Grâce à la technologie LED, la C710 ne mesure que 38,9 cm pour 43,5 cm de profondeur et 53,6 cm de hauteur soit près de la moitié de la taille des autres imprimantes couleur A4 du marché. La C710 s’adapte ainsi à tous les lieux de travail.
    Une impression rapide et de qualité professionnelle. Avec une vitesse d’impression très rapide de 30 pages par minute en couleur et de 32 pages par minute en mono, la nouvelle C710 allie parfaitement rapidité et qualité d’impression haute définition, notamment grâce à la technologie exclusive développée par OKI Printing Solutions : High Definition Color.
    Des supports d’impression variés. Polyvalente, la C710 s’adapte à toutes les demandes des PME et des groupes de travail et permet d’imprimer sur une large variété de formats A4 allant de la carte de visite à la bannière d’1m20, sur des papiers de 64 g/m2 à 220 g/m2.
    Sécurité et contrôle des coûts assurés
    La sécurité des informations comptant parmi les principales préoccupations des entreprises, la C710 est livrée avec une suite complète de logiciels et fonctionnalités, notamment : Secure Print et Secure Erase (disque dur nécessaire) qui garantissent la confidentialité totale des documents envoyés en impression et évitent leur récupération sur le réseau, Print Control qui permet de contrôler les coûts d’impression et PrintSuperVision pour paramétrer à distance le parc d’imprimantes. A noter également, la grande capacité des toners (11 500 pages en couleur et 11 000 en mono) et des bacs à papier (de 530 à 1690 feuilles avec les bacs optionnels) qui limitent l’intervention de l’utilisateur et contribuent à une réduction des coûts d’impression.
    Principales caractéristiques techniques de la C710
     Format ultra-compact - près de la moitié de la taille des autres A4 du marché
     Vitesse d’impression ultra rapide de 30ppm en couleurs et 32 ppm en mono
     Temps de sortie de la première page de 9 secondes en couleur
     Large choix de supports : des cartes de visites aux bannières d’1m20
     Capacité totale papier de 1690 feuilles
     Volume maximum de 100 000 pages par mois
     Toner de 11 500 pages en couleur et 11 000 pages en mono pour prolonger les impressions et réduire les coûts à la page
     Série équipée d’un module d’impression recto verso en option sur la C710n, en standard sur les autres modèles
     Des solutions logicielles avancées : Template Manager, Secure Print, Secure Erase, Print Control, PrintSuperVision, Color Correct, Swatch Utility, Storage Device Manager, etc. (certaines nécessitent le disque dur optionnel)
    Prix publics H.T. :- C710n : 979 € - C710dn : 1079 € - C710dtn : 1199 € - C710cdtn : 1399 €
    www.oki.fr
    OKI Printing Solutions - Communiqué de presse - 23.10.2008

    October 22, 2008

    Digimarc for Images Software for Adobe Photoshop

    Digimarc Releases New Version of Digimarc for Images Software for Adobe PhotoShop® - New Digimarc plug-ins deliver increased robustness and additional international language support
    Beaverton, Ore. — October 22, 2008 — Digimarc Corporation (NASDAQ: DMRC) today announced the availability of its newly enhanced Digimarc for Images plug-ins, shipped in-box with Adobe PhotoShop®, enabling photographers and corporations to better manage their photos and image assets by communicating copyright information and owner contact details, and reporting to owners on both authorized and unauthorized use of images online.
    Coinciding with the release of Adobe Creative Suite® 4 (CS4), the new version of Digimarc for Images includes several enhancements in response to customer feedback:
    Improved robustness for image format transformations, resizing and compression Expanded support for international customers with the addition of seven new languages (Czech, Hungarian, Polish, Romanian, Russian, Turkish and Ukrainian), for a total of 22 available languages Improved Search Service with expanded Web site coverage and monthly and/or on-demand reports of where customer images are located online Digimarc for Images enables content owners to place a persistent, invisible digital identifier (digital watermark) into photographs and other images. The company also offers a Search Service that continuously crawls the Web looking for such watermarked images. This provides valuable information on where and how images are being used, which can help effectively measure the reach of a marketing campaign. The Search Service also enables content owners to take action on unauthorized use of their images.
    Furthermore, Adobe PhotoShop® users can embed or read digital watermarks from within the application. This allows potential buyers to quickly identify the owner and how to contact him or her so that they can easily purchase or license the photographs or images they want to use.
    "Digimarc is pleased to address several user priorities in this latest version of Digimarc for Images," commented Jeri Owen, Digimarc vice president of marketing. "The increased robustness helps to ensure the watermark remains with the image through a wide range of file transformations, sizing and image compression. Our solution helps manage important image assets as widening distribution of images over the web has made it increasingly difficult for brand owners and professional photographers to monitor where their images are being used online. We believe that Digimarc for Images offers a unique and proven solution to this growing challenge."
    Digimarc will offer a free Webcast on November 13 for Adobe users interested in learning more about digitally watermarking their images using Adobe PhotoShop®. For further information on the Webcast pricing and availability, please go to

    Groupe utilisateurs Agfa Graphics Apogee

    L'assemblée annuelle du Groupe d'utilisateurs d':Apogee - :Apogee Users Group (AUG) - aura lieu à l'occasion de Graph Expo 2008 (Chicago, 26-29 octobre). Cette réunion se tiendra le 27 octobre à 17h30. Les membres du groupe sont bien sûr conviés mais aussi tous les utilisateurs du fameux logiciel d'Agfa Graphics. Au programme, les dernières informations sur :Apogee Suite avec des conseils d'utilisation et des astuces ainsi que sur :Apogee Prepress v5.0, Portal v5.0, PlateMaker, Ink Save. Vous pourrez également découvrir le nouvel :Apogee Media, solution de publication disponible en ligne sur internet. Pour l'inscription à cette rencontre ou au groupe d'utilisateurs, vous pouvez vous adresser au vendeur de votre produit ou contacter Agfa Graphics par mail via leur site. Le communiqué de presse daté du 21 octobre 2008 annonçant l'assemblée générale publié sur le site international d'Agfa Graphics - agfa.com - fourni comme adresse email pour l'inscription linda.tomza@agfa.com

    October 20, 2008

    Rémy Marion Invité d'honneur du Festival de Montier-en-Der

    « Les Pôles, grandeur nature »

    Invité d’honneur français, Rémy Marion… le spécialiste de l’Arctique et de l’Antarctique

    Depuis plus de 20 ans, Rémy Marion parcourt les régions polaires, ses territoires de prédilection. De la Terre de Baffin à la mer de Ross, de la Sibérie aux îles Falkland, manchots, baleines, ours polaires, sont ses espèces favorites.

    Autodidacte des pôles, Rémy passe entre trois et quatre mois par an sur ces univers glacés dont il a eu le coup de foudre en 1983. Et, pour parvenir à ce rendez-vous dont il ne peut se passer, le photographe professionnel Rémy Marion, cumule les activités de guide naturaliste, organisateur de voyages, journaliste (Terre Sauvage), conseiller technique (incontournable pour Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand ou Claude Lelouch), conférencier. La publication de ses nombreux livres sur les pôles, les ours, les manchots, sont desouvrages de référence dont, Les pôles en questions aux éditions EDISUD, est le dernier publié.

    Ses expositions sont d’une beauté époustouflante. Un jour aux pôles, Aventures aux Pôles, Un été au Spitzberg sont les plus récentes.

    Cependant, cet amoureux fou de l’Arctique sait, que par les modifications climatiques dues au réchauffement climatique observé depuis les années 1990, la banquise s’étiole et qu’à ce rythme, d’ici à 40 ans il sait, il sait mieux que les autres que les ours n’y survivront pas.

    Rémy Marion ne veut cependant pas tomber dans le catastrophisme. « Attention à ne pas désespérer les générations futures. À nous de leur dire, de leur montrer qu’il existe des challenges à relever. »

    Rémy est de ces hommes qui veulent continuer à y croire.

    Jim Brandenburg Invité d'honneur du Festival de Montier-en-Der

    En partenariat avec Vincent MUNIER et Fanchon LAVIGNE
    JIM BRANDENBURG, pur talent venu d’outre-Atlantique …
    Cet exceptionnel photographe américain est un des plus prestigieux au Monde. De sa première photo nature à 14 ans, il manifestait déjà une curiosité rare et une patience surprenante pour saisir l’instant. Ses débuts dans le photojournalisme ont été menés avec une extrême exigence, imposée par son éditeur qui lui apportait aussi tout son appui. Cette expérience marquera désormais sa manière de travailler. « … Il a un grand sens de l’intuition pour aller au bon endroit au bon moment… Il va savoir qu’il faut rester et attendre pour une raison qu’on ne comprend pas… Et là, quelque chose de remarquable se passe. » confie sa collaboratrice Fanchon Lavigne.
    Jim Brandenburg vit dans le nord du Minnesota à quelques kilomètres de la frontière canadienne, en bordure du plus grand parc sauvage dans la moitié Est du pays (plus de 5000 Km2 ). C’est la région où la concentration du loup à l’état sauvage est la plus dense des Etats-Unis. Il a pu constituer un fond en vidéo et en photos, des moments exceptionnels de la vie d’une meute.
    Pendant plus de 20 ans il travaillera pour le célèbre magazine National Geographic avec 19 articles dans le magazine, plusieurs films pour la télévision. Il publiera de nombreux livres : Chased by the Ligth, BrotherWolf, White Wolf, Looking for the Summer
    Ses photographies ont été récompensées par de nombreux prix nationaux et internationaux, dont le Photographe Magazine de l’Année, remis par le National Press Photographer’s Association (NPPA), le Prix des Nations Unies, et du concours de la BBC.
    Jim Brandenburg réalise également de très beaux clichés de paysages, sur sa propriété et aux alentours. Il fondera la « Brandenburg Prairie Foundation » dont le but est de transformer ces terres en écosystème de prairie originelle.
    En 2007, il vient pour la 1ère fois en France à Paris, en Bretagne… pour retrouver les paysages et les lumières qui avaient inspiré les peintres impressionnistes (étudiés pendant ses études supérieures) auxquels il voue une grande admiration.
    Les photos qu’il a réalisées dans un esprit très particulier, lors de son séjour, sont présentées en exclusivitésur : www.photoby.fr

    Maurizio Biancarelli Invité d'honneur du Festival de Montiers-en-Der

    « A la poursuite de la lumière »
    ( en partenariat avec « Pôles d’images »)
    Biographie de l’auteur, traduite en français par Alfredo Baldassarre
    Je suis né en Ombrie à Agriano, un petit village de montagne à peu de kilomètres de Norcia et des MontsSibillins. Très tôt ma famille s’est déplacée à Gubbio, où je réside actuellement. J’ai eu la chance de vivre mon enfance àla campagne et c’est à cette première importante expérience que je dois ma passion pour la nature.
    Je m’occupe depuis désormais vingt ans de photographier la nature, focalisant mon attention surtout dans le domaine des Apennins, même si j’aime souvent voyager dans les pays nordiques que je trouve fascinants par l’extraordinaire beautédu paysage et l’abondance et la proximité avec les espèces animales.
    Je suis un photographe « généraliste » de la nature, c’est à dire que j’aime m’occuper des différents aspects de cette discipline : paysage, plantes, animaux ; je considère que cette attitude est la meilleure pour s’approcher de l’extraordinaire complexité du monde naturel et chercher à la reporter dans mes photographies. La photographie est un extraordinaire moyen de communication et la bonne photographie naturalistique est toujours une interprétation personnelle de la réalité naturelle. Photographier signifie encadrer et encadrer veut dire choisir, exclure. Pour le dire avec des paroles de Galen Rowell, célèbre photographe naturalistique américain la photo indique la façon dont l’esprit du photographe met en ordre l’univers. Une grande photographie est capable de toucher les cordes les plus sensibles de notre âme et de nous émouvoir : le message du photographe est ainsi véhiculé de manière extraordinairement efficace.
    La simplicité dans la composition et une recherche soigneuse de la lumière sont les éléments fondamentaux pour réussir.Je suis diplômé en pharmacie et j’ai aussi suivi pendant un temps des études universitaires en sciences naturelles sansles porter à leur terme à cause de l’envie d’être sur le terrain à photographier.
    Cet arrière fond scientifique m’a été d’une grande aide dans la profession de photographe naturalistique, parce qu’il est important de bien connaître ses propres sujets si on veut arriver à des résultats remarquables.
    Mes photographies sont publiées au niveau international dans des revues et livres ; au fur et à mesure des années, j’ai étéreconnu dans des concours nationaux et internationaux et exposé à Gubbio, Pérouse et dans d’autres lieux prestigieux comme le Parlement Européen de Strasbourg, le Centre Culturel Italien de Bucarest ou la Conférence Internationale organisée par l’association Living Lakes à Nanchang en Chine.
    J’ai réalisé quatre volumes sur la nature de l’Ombrie pour le compte de la Province de Pérouse, de la Région Ombrie et du Ministère de l’Environnement et j’ai contribué à de nombreux autres ouvrages en Italie et à l’étranger.
    Actuellement je suis en train de travailler sur certains projets, j’organise des workshops, je fais partie d’une équipe de photographes européens sélectionnés pour le grand événement : WILD WONDERS OF EUROPE.

    Xavier Desmier - Parrain du Festival de Montier-en-Der

    « Crozet, archipel du bout du monde »
    Xavier Desmier, est né en 1960 à Meudon. Passionné par la photo et le monde sous-marin, il n’a que 10 ansquand il exécute ses premières immersions. Ses capacités indéniables de plongeur-caméraman le conduiront à20 ans, à intégrer l’équipe du célèbre commandant Cousteau sur « La Calypso ». Il y fera ses premières armesde 1981 à 1986 et filmera pas moins de 40 reportages, pour l’émission Thalassa de FR3.
    Dès ses débuts avec l’équipe Cousteau, en autodidacte il acquiert de solides connaissances avec les chercheursqu’il croise sur son chemin, ce qui l’amènera dès 1991, à accompagner les expéditions scientifiques en milieupolaire. C’est avec Jean-Louis Etienne qu’il participera à l’expédition « Antarctica ».
    En 1993, il intègre l’Agence Rapho où il quitte peu à peu le monde de l’illustration et devient l’un des spécialistesde la photographie de « reportage humaniste » aux côtés d’explorateurs chevronnés. Au gré de ses différentesmissions, Xavier Desmier a rapporté des images extraordinaires de la surprenante biodiversité de l’océan Australet de l’Arctique. Ses images font aujourd’hui le tour du monde.
    Grand habitué des expéditions naturalistes, humaines et scientifiques, il recevra le premier prix au « World Press »Catégorie Environnement en 1998.
    En 2006, 70 ans après l’ethnologue français Paul-Emile Victor - figure incontournable de l’exploration polaire - ilmonte deux expéditions au Groenland oriental avec le journaliste Stéphane Dugast et Stéphane Victor, fils de Paul Emile Victor.
    Il réalisera un formidable reportage photographique sur cette région et ses habitants, les Inuits : populationlongtemps restée à l’écart du monde occidental. Ce peuple est aujourd’hui confronté aux effets du changementclimatique.
    Regroupées dans l’ouvrage « Dans les pas de Paul-Émile Victor »(1), les photos de Xavier Desmier constituent,en regard du fond d’images d’archive de la famille de Paul-Émile Victor et des textes de Stéphane Dugast, un puissant témoignage de l’évolution du quotidien des Inuits du XXIe siècle.
    (1) « Dans les pas de Paul-Émile Victor », textes de Stéphane Dugast, photos de Xavier Desmier, éditions Michel Lafon 2007
    www.danslespasdepaulemilevictor.fr/
    Toutes les informations sur le festival : www.festiphoto-montier.org
    Dossier de presse - Festival de Montier-en-Der 2008

    Mario Colonel Invité d'honneur au Festival de Montier-en-Der

    « Montagnes d’éternité »

    Le vagabond des cimes…

    Photographe professionnel de la montagne, cet alpiniste de 45 ans, dauphinois d’origine, vit depuis 25 ans à Chamonix. Avec une formation de guide de haute-montagne, il a réalisé plus de mille ascensions, notamment, la célèbre face nord des Grandes Jorasses.

    La montagne, magnifiée par les splendides photos que Mario Colonel nous offre à découvrir, nous fera voyager d’une cime à l’autre et partager sa passion… à vous couper le souffle.

    Il nous invite à méditer : « Je reste convaincu qu’il y a un message à faire passer : la nature, l’humilité qu’elle impose, ce rapport presque mystique qui nous ramène à ce que nous sommes… »

    Reporter journaliste, il est un des piliers de la presse spécialisée en montagne : Montagnes Magazine. Il collabore régulièrement avec les plus grands magazines du monde entier comme Géo, Terre Sauvage, Grands Reportages

    Mario Colonel est aussi auteur de nombreux ouvrages dont Cévennes (Alcide), Les chemins du Ciel (Arthaud), Le Mont-Blanc (Editions Mario Colonel)...

    Depuis 1996 : Le Festival de Montier-en-Der

    L’aventure a commencé il y a douze ans lorsqu’une bande de copains passionnés de photographie, décident d’organiser un week-end autour de la prestigieuse exposition présentée chaque année par le « BBC Wildlife Magazine » et le « Museum d’Histoire Naturelle de Londres » qui consacrent les meilleurs spécialistes du genre. Un patient arrive au cabinet médical de Régis FOURNEL. C’est Pascal BOURGUIGNON, le célèbre photographe aubois. Pascal n’est pas un patient comme les autres ; plutôt un ami. Au détour de la consultation, il soumet au docteur, alors membre du Conseil d’Administration de l’Office de Tourisme de Montier-en-Der, l’idée de faire venir une exposition de la BBC, reflet du plus grand concours de photo animalière au monde. Sur 35 000 clichés reçus, la BBC sélectionne les 80 meilleurs ! Pascal lui-même photographe animalier depuis ses 14 ans, garde cette passion personnelle. Il n’a jamais osé montrer ses propres clichés. Régis Fournel tente ainsi de convaincre ses collègues de l’OTSI. Avec l’actuel Président de l’AFPAN « l’Or Vert », Régis LAFARGE (trésorier de l’OTSI à l’époque) et d’autres membres comme Alain GAVIER, le projet finit par aboutir et le bouclage financier (8000 Frs) se fait en ajoutant d’autres expositions.
    Baptisé « Salon régional de la photo animalière et de nature », ce salon d’essai voit affluer durant deux jours près de trois mille spectateurs. L’Association pour le Festival de la Photo Animalière et de Nature (AFPAN « l’Or Vert ») verra le jour l’année suivante avec l’ambition de développer et d’imposer ce concept unique en Europe. Le premier salon de la photo animalière et de nature bâtit en 3 mois ouvre ses portes le 3ème week-end de novembre. 4 000 visiteurs enthousiastes nous soutiennent en 1996. Dès la 2ème édition, le « salon » devient « festival ». Un réel budget est engagé. Le chargé de mission Olivier VARIN réussit son pari… En 1997, le festival rassemble ainsi 10 000 visiteurs…
    La manifestation va devenir un rendez-vous incontournable pour les photographes amateurs ou professionnels comme pour les amateurs de belles images et le grand public. C’est autour d’un événement naturel qui se déroule en automne, sur le Lac du Der : la migration des grues cendrées qu’il est décidé que, le Festival de Montier-en-Der se tiendra le 3ème week-end de novembre.
    Depuis sa création, le Festival de Montier-en-Der n’a pas cessé de se développer tout comme le nombre de visiteurs : 12 000 en 1998, 15 000 en 1999, 20 000 en 2000, 23 000 en 2001, 25 000 en 2002, 28 000 en 2003, 26 000 en 2004, 28 350 en 2005, 31 500 en 2006, 32 024 en 2007…
    De très célèbres parrains se sont relayés lors des différentes éditions du Festival : Allain BOUGRAIN-DUBOURG en 1997, Dominique VOYNET en 1998, Yann ARTHUS-BERTRAND en 1999, Art WOLFE en 2000, Jean-Louis ETIENNE en 2001, Philip PLISSON en 2002, Gérard PORTE en 2003, Michel DENIS-HUOT en 2004, Hubert REEVES en 2005, Nicolas VANIER en 2006, Hans SILVESTER en 2007 et le Secrétaire d’Etat chargé de la Consommation et du tourisme, Luc CHATEL patronna l’édition 2007.
    Désormais organisé sur quatre jours du jeudi 20 au dimanche 23 novembre 2008, le Festival de Montier-en-Der propose près de 80 expositions et concrétise ses convictions pédagogiques en s’ouvrant au public scolaire. Un rendez-vous incontournable pour les amateurs de belles images, à inscrire dans vos agendas.
    Toutes les informations sur le festival :